Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Sophie Le Tan

Affaire Sophie Le Tan : une battue organisée à Meisenthal

samedi 29 septembre 2018 à 21:01 Par Arthur Blanc, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Cinquante personnes, venues pour la plupart de Schiltigheim, se sont rendues à Meisenthal ce samedi. Avec pour objectif de retrouver des indices concernant la disparition de Sophie Le Tan, cette étudiante strasbourgeoise qui n'a plus donné signe de vie depuis le 7 septembre.

Une cinquantaine de personnes a sillonné les forêts aux alentours de Meisenthal, à la recherche d'un indice.
Une cinquantaine de personnes a sillonné les forêts aux alentours de Meisenthal, à la recherche d'un indice. © Radio France - Arthur Blanc

Meisenthal, France

Les bénévoles venus sur place ne s'en cachent pas, Meisenthal est un lieu intéressant pour mener des recherches. Jean-Marc Reiser, le principal suspect de la disparition de Sophie Le Tan, une étudiante alsacienne introuvable depuis le 7 septembre, aurait grandi dans le secteur. Auparavant, ce samedi matin, une autre battue a été réalisée à Ingwiller dans le Bas-Rhin.

Pour mener une équipe de 50 personnes à l'intérieur de la forêt, tout est calculé. "On se déplace en file indienne", explique Julien, l'un des organisateurs. "En général, on fait deux lignes. Une première suivie par une seconde qui vérifie au cas où des éléments seraient passés à la trappe." Ce samedi, les chercheurs ont été découpés en trois équipes, pour couvrir le plus de terrain possible.

Des Alsaciens et des Mosellans

Parmi les bénévoles qui remuent la forêt entière, des Schilikois, bien sûr. "La disparition a eu lieu la rue à côté de la mienne", explique Cindy, les larmes aux yeux, "alors je me sens concernée car ça aurait pu être ma fille". Une quinzaine de locaux était également sur place. Patrick vit à Meisenthal depuis 54 ans et connaît ce coin comme sa poche. Il a donc guidé la troupe pendant les recherches.

Une nouvelle battue est prévue ce dimanche, à Niederbronn-les-Bains.