Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mémorial des déportés : deux jeunes Mayennais distingués pour leur bravoure

samedi 7 juillet 2018 à 7:30 Par Germain Treille et Hugo Charpentier, France Bleu Mayenne et France Bleu

Deux Mayennais d'une vingtaine d'années ont été récompensés par le Préfet de la Mayenne, Frédéric Veau vendredi. En avril dernier, ils avaient réussi à désarmer un homme qui avait pénétré dans le Mémorial des déportés avec un fusil.

illustration
illustration © Radio France

Mayenne, France

Adrien Bouvet et Aurélien Norgeot ont été récompensés par le Préfet de la Mayenne, Frédéric Veaux, vendredi. Âges de 22 et 27 ans, ils ont tous les deux reçus la médaille de bronze pour acte de courage et de dévouement.

Lorsqu'il est arrivé vers 15h le 24 avril dernier, l’agresseur a d'abord acheté un ticket puis il est ressorti pour aller chercher un fusil de chasse, calibre 12, dans sa voiture. Il a alors menacé un premier agent d'accueil : "mets-toi dans la salle d'à côté c'est une prise d'otage" a-t-il déclaré à ce moment-là. L'agent d'accueil s'est alors jeté sur l'agresseur les deux mains posées sur l'arme, et en appelant un collègue à l'aide. Ce dernier est vite arrivé et l'a aidé à neutraliser cet homme. 

"J'ai sauté sur lui"

Aurélien Norgeot n'a pas hésité une seule seconde raconte-t-il à France Bleu Mayenne : "je ne sais pas si c'était la bonne réaction mais j'ai réagi. J'ai sauté sur lui. J'ai mis la main sur l'arme pour qu'il ne me mette pas en joue. Il y a eu une bousculade. Quand il a vu qu'on était deux, il a lâché son arme. On n'a pas été blessé. On ne s'est pas vraiment senti en danger. Par rapport à d'autres actes héroïques, ce n'est rien". 

Modeste, Adrien Bouvet ne pense pas, lui, mériter cette médaille : "il n'y pas eu de victimes. L'arme n'était pas chargée. Ce n'était pas pour jouer les héros. C'était du bon sens, du sang-froid. Je n'ai pas été choqué, ça n'a pas changé grand-chose à ma vie en fait"