Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Menaces et extorsion de fonds à Palavas : le maire nie en bloc les accusations

lundi 10 septembre 2018 à 21:18 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault et France Bleu

Une plainte a été déposée pour menaces et extorsion de fonds par un restaurateur de Palavas-les-Flots (Hérault). Les accusations sont dirigées contre l'ex-adjointe au commerce et son époux. Sandra Marcou réfute ces accusations tout comme le maire de la commune qui dit ne rien craindre de la justice.

Le maire Christian Jeanjean et son ex-adjointe au commerce Sandra Marcou
Le maire Christian Jeanjean et son ex-adjointe au commerce Sandra Marcou © Radio France - Salah Hamdaoui

Palavas-les-Flots, France

L'intention du maire de Palavas-les-Flots (Hérault), Christian Jeanjean, était sans ambiguïté : ce sont des élus unis et soudés qui sont apparus devant les journalistes ce lundi matin. Une conférence de presse organisée pour répondre à la plainte déposée le 13 mars 2018 par Laurent Lechuga, le directeur du restaurant panoramique le Phare. Il se dit victime de menaces et d'extorsion de fonds et accuse notamment l'ex-adjointe au commerce, Sandra Marcou, ainsi que son mari. Cette plainte a débouché sur la perquisition de l'Hôtel de ville en avril dernier par les policiers du SRPJ de Montpellier. 

Le maire se dit touché par cette affaire qui ternit l'image de sa commune

"Cette affaire prend des proportions préoccupantes", s’inquiète Christian Jeanjean qui jure ses grands dieux que ces accusations ne sont pas fondées, mais "le doute est pire que la réalité", selon lui. "Cette affaire rejaillit sur la ville de Palavas-les-Flots. Les gens viennent là se détendre, se reposer, ils ne viennent pas dans un milieu où il y a un mauvais climat. C'est pas le cas à Palavas, tout va bien." Voilà pourquoi il demande à être entendu le plus rapidement possible par les enquêteurs. "Nous n'avons pas peur de la vérité" dit-il. Pour preuve de sa bonne foi, Christian Jeanjean rappelle que le jour de la perquisition à l'Hôtel de ville, il a même proposé aux enquêteurs d'aller fouiller chez lui. 

"On n'a rien à cacher- Christian Jeanjean

Selon le maire, toute cette affaire n'est qu'un "rideau de fumée" : le restaurateur doit des loyers et il cherche à gagner du temps. La dette se monterait aujourd'hui à 50.000 euros. Ce que l’intéressé conteste formellement. Laurent Lechuga assure pour sa part que depuis janvier 2018, il ne doit pas un seul centime à la commune. Autre hypothèse avancée par l'élu, le règlement de comptes politique. Laurent Lechuga "a financé la campagne de mon opposant" aux dernières municipales.

Le restaurateur persiste et signe

Aujourd'hui, le directeur du Phare maintient ses accusations :"menaces de mort, racket. Vu que je ne voulais pas partir du restaurant, ils ont décidé qu'il fallait que je paye une amende de 50.000 euros." Laurent Lechuga se dit serein : "Je n'ai dit que la vérité, donc adviendra ce qui doit advenir. Sans vouloir faire le malin, pour ma personne, je n'ai pas pas peur. J'ai plutôt peur pour ma famille."

"Je ne suis pas concernée- Sandra Marcou

"Je n'ai strictement rien à me reprocher dans cette affaire et je n'ai rien à voir avec cette affaire" insiste Sandra Marcou qui, elle aussi, souhaiterait être entendue au plus tôt par les enquêteurs. Questionnée sur une deuxième perquisition qui a eu lieu le mercredi 5 septembre chez un membre de la famille de son mari, l'élue martèle : "Je ne suis pas concernée." Sans plus de commentaire. Lors de cette perquisition, les policiers ont notamment saisi des armes, mais cette affaire pourrait n'avoir aucun rapport direct avec celle du Phare.