Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Menaces de mort au Mont-Saint-Michel : six mois après, un homme de 36 ans devant la justice

mardi 9 octobre 2018 à 15:52 Par Pierre Coquelin, France Bleu Armorique, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Ce mercredi, un prévenu de 36 ans comparaît devant le tribunal correctionnel de Coutances pour avoir proféré des menaces de mort à l'encontre des forces de l'ordre, le 22 avril 2018 au Mont-Saint-Michel. Le site touristique avait dû être évacué.

Une soixantaine de gendarmes mobilisés ce dimanche 22 avril 2018, en raison de la présence d'un homme menaçant au Mont-Saint-Michel
Une soixantaine de gendarmes mobilisés ce dimanche 22 avril 2018, en raison de la présence d'un homme menaçant au Mont-Saint-Michel © Maxppp - Marc Ollivier

Le Mont-Saint-Michel, France

L'incident avait fait grand bruit sur l'un des premiers sites touristiques français. Un homme de 36 ans comparaît ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Coutances pour menaces de mort à l'encontre des forces de l'ordre, le dimanche 22 avril 2018 au Mont-Saint-Michel (Manche).  

Vers 7h40, un témoin donne l'alerte : une dispute a éclaté près d'un café. Un homme vêtu de noir souhaite réaliser un spectacle de rue. Mais face au refus d'un cafetier, il s'énerve, se montre agressif, et menace de mort les forces de l'ordre. "Des propos très durs, confirmés par plusieurs témoins", assure le préfet de la Manche, Jean-Marc Sabathé. Immédiatement, et un mois seulement après l'attaque terroriste de Trèbes, un important dispositif est déployé : dès 8h10, une soixantaine de gendarmes, des policiers et un hélicoptère passent la Merveille au peigne fin. "C'est là toute la difficulté du Mont. C'est un site contraint. En ce début de saison, il y avait déjà pas mal de touristes dans les chambres d'hôtes. J'ai donc décidé en début de matinée de fermer le site, pour vérifier tous les accès. J'ai fait ensuite annuler les cérémonies religieuses. Et j'ai demandé aux forces de l'ordre de ratisser maison par maison. Une opération fastidieuse qui a pris toute la matinée, pour s'assurer que l'individu ne se trouve plus sur le Mont", explique le préfet de la Manche. 

Interpellation près de Caen

Dans le calme, des centaines de touristes se retrouvent bloqués au départ des navettes. Les professionnels sont interloqués. "On nous a dit de tout fermer à clé, de baisser le rideau, et de rester cloîtrés", confie Christine, serveuse. La piste terroriste est rapidement écartée, et le site est rouvert en début d'après-midi, vers 14 heures. Mais la traque du fugitif, elle, continue. 

En début de soirée, un témoin le repère sur l'aire de Gouvets, à 60 kilomètres de la Merveille, au sud de Saint-Lô. Selon ses propos, l'homme se vante d'avoir fait évacuer le Mont-saint-Michel le matin même. Finalement, c'est la brigade anti-criminalité qui intercepte l'homme de 36 ans vers 23h30 sur une bretelle du périphérique de Caen.

A l'issue de sa grade à vue où il est resté muet, le prévenu a été mis en examen et placé en détention provisoire le 24 avril. Son casier judiciaire présente sept condamnations pour consommation de stupéfiants, outrage, appels téléphoniques malveillants et conduite en état d'ivresse.