Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mère de famille tuée à l'Île-Rousse : l'ex compagnon mis en examen pour assassinat

mardi 5 mars 2019 à 18:25 Par Damien Triomphe et Patrick Rossi, France Bleu RCFM

Après la mort de Julie, cette mère de famille de 34 ans tuée par balles dimanche matin à l'Île-Rousse, son ex-compagnon a été mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Borgo.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Victor Vasseur

Ile-Rousse, France

L'ex-compagnon de Julie, cette mère de famille de 34 ans, tuée par balles, dimanche 3 mars, au matin à l'Île-Rousse, a été placé en détention provisoire ce mardi et mis en examen pour assassinat

Lui, âgé de 43 ans, explique avoir quitté son domicile avec son arme pour se rendre au centre de tir qu'il fréquentait, arme qu'il détient légalement puisque licencié de tir sportif. Il ne reconnait pas la préméditation. Il s'était rendu à la gendarmerie dans la foulée des faits.

Le couple était séparé depuis la rentrée 2018. Ces derniers six mois, l'un comme l'autre avaient déposé plusieurs plaintes, souvent croisées, l'ancien couple s'accusant mutuellement, pour violences, vol ou encore dégradations, certaines impliquant également le père de la victime. Certaines avaient été classées sans suite, d'autres ont entraîné des amendes ou encore une médiation pénale, début novembre, qui avait échoué. La mère de famille avait notamment déposé une première plainte pour violences volontaires le 30 septembre 2018 contre son ex-compagnon, expliquant qu'il l'avait attrapé par les cheveux. Ce qu'il aurait reproduit début décembre selon une nouvelle plainte déposée par Julie Douib, lui contestant sa version et portant plainte à son tour pour dégradations. Les deux enfants, de 8 et 10 ans, avaient été confiés à leur père depuis fin janvier par un juge, en attendant les conclusions d'une enquête sociale.