Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mères agressées à Échirolles : de quatre mois à deux ans de prison ferme pour les dealers

mercredi 27 juin 2018 à 16:30 Par France Bleu Isère, France Bleu Isère et France Bleu

Le tribunal correctionnel de Grenoble a rendu sa décision en appel ce mercredi dans l'affaire des mères de familles agressées à Échirolles. Les dealers qu'elles ont voulu chasser de leur hall d'immeuble sont condamnés à des peines de prison ferme, allant de quatre mois à deux ans.

Les peines ont été alourdies en seconde instance.
Les peines ont été alourdies en seconde instance. © Maxppp -

Grenoble, France

Le tribunal correctionnel a été plus sévère en appel. Les six prévenus sont condamnés à des peines de quatre mois à deux ans ferme d'emprisonnement. Le Parquet avait requis plus, trois ans de prison. Les faits remontent au mois de décembre 2017. Trois mères de la place Beaumarchais à Échirolles décident d'occuper leur hall d'immeuble. Elles veulent déloger les dealers. Les jeunes hommes se vengeant et les frappent. 

Des craintes pour la suite 

L'avocat de ces trois femmes, maître Coutaz, se dit satisfait que la justice ait été rendue. Mais il alerte, il faut que ces mères de familles soient protégées à la suite de cette décision. Elles vivent toujours dans le quartier. "Le but de leur plainte était de pouvoir vivre normalement, chez elles. Elles n'étaient pas chez les dealers. Les dealers étaient chez elles", estime l'avocat.