Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Metz : deux policiers municipaux bien éméchés pendant une mission de sécurisation

mercredi 8 novembre 2017 à 21:24 Par Marie Roussel, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Ils ont bien trinqué le jour du Yom Kippour le 29 septembre dernier, devant la synagogue de Metz. En état d'ivresse, alors qu'ils assuraient une mission de sécurisation devant l'édifice pendant la fête religieuse, ils sont visés aujourd'hui par deux procédures, pénale et administrative.

Les deux hommes étaient bien vus de leur hiérarchie.
Les deux hommes étaient bien vus de leur hiérarchie. © Maxppp - Julio PELAEZ

Metz, France

Les faits remontent au 29 septembre dernier, lors du Yom Kippour, la fête du "grand pardon" pour la communauté juive. Deux policiers municipaux se sont fait remarquer à cause de leur état d'ivresse, alors qu'ils sont en train d'assurer une mission de sécurisation devant la synagogue de Metz.

Un devoir d'exemplarité

Leur hiérarchie a donc décidé de se montrer intraitable à l'encontre de ces deux agents. Ils passeront devant un conseil de discipline le 14 novembre prochain. Le duo risque, entre autre, la mise à pied pour avoir consommé de l'alcool pendant leur temps de service. La mairie de Metz réclame des "sanctions administratives" à l'égard de ces deux hommes, pourtant "bien notés" , s'étonne l'adjoint à la tranquillité publique, Sébastien Koenig. Mais ils ont "un devoir d'exemplarité", ajoute l'élu.

Est-ce que l'affaire entache l'image de la police municipale ? Non, répond le chef Olivier Schilli, qui prône la transparence dans l'administration et veut voir les deux agents "traités comme des citoyens".

Par conséquent, ils devront également se présenter devant un juge le 8 janvier prochain. Celui qui a accepté de souffler dans un éthylotest est poursuivi pour conduite en état d'ivresse. Le deuxième, qui a préféré quitter son poste pour éviter d'être contrôlé, sera jugé pour refus de se soumettre à un test d'alcoolémie.