Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'ex-médecin de la police du Grand Est renvoyé une 2e fois en correctionnelle pour agressions sexuelles à Metz

Après Reims, l'ancien médecin des policiers du Grand Est sera jugé une nouvelle fois pour agressions sexuelles, cette fois à Metz. Douze plaintes ont été retenues par le parquet, en majorité venant de jeunes policières mais trois hommes ont aussi porté plainte. Le procès se tiendra cet automne.

Le Dr Frey lors de son 1er procès pour agressions sexuelles à Reims
Le Dr Frey lors de son 1er procès pour agressions sexuelles à Reims © Radio France - Cécile Soulé

L'ancien médecin-chef de la police dans la région Grand Est est renvoyé une deuxième fois en correctionnelle dans une deuxième affaire d'agressions sexuelles. L'ancien Dr Christian Frey, âgé de 65 ans, s'occupait des visites médicales de tous les policiers de Lorraine, Alsace et Champagne-Ardenne. Il a déjà été condamné en 2019 et 2020 (en première instance et en appel) à un an de prison avec sursis à Reims. Cette fois-ci, le procès se déroulera à Metz, d'ici la fin de l'année. Une nouvelle enquête avait été ouverte il y a deux ans, conduite par l'IGPN. 

Douze plaintes retenues à Metz

Comme à Reims, le parquet de Metz a donc décidé de poursuivre l'ancien médecin pour des gestes déplacés sur des policiers et policières lors de visites médicales. Douze plaintes ont été retenues. Le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri en avait reçu davantage mais certaines ont été écartées, car prescrites. 

Dans les douze retenues, la majorité concerne des jeunes policières qui terminaient leur formation, précise le parquet. C'est lors de leur visite médicale de recrutement qu'elles évoquent notamment des palpations insistante des seins. Trois policiers ont également porté plainte pour des gestes déplacés au niveau des testicules. 

De jeunes femmes policières victimes mais aussi trois hommes

De son côté, l'ancien médecin-chef de la police conteste les faits et met en avant une pratique médicale normale liée au dépistage de cancer. Pourtant, une première fois déjà, la justice n'a pas retenu cet argument et l'a reconnu coupable d'agression sexuelle sur huit jeunes policières à Reims, le condamnant à un an de prison avec sursis, assorti d'une interdiction d'exercer et d'une inscription au fichier des auteurs d'infractions sexuelles. Un fin de carrière sombre pour celui qui avait la responsabilité des policiers de tout le Grand Est pendant plus de 20 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess