Faits divers – Justice

Metz : le camp de migrants de l'avenue de Blida sera à nouveau démantelé

Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord lundi 26 septembre 2016 à 17:02

Le camp de migrants de l'avenue de Blida à Metz sera déplacée avant la fin de la semaine
Le camp de migrants de l'avenue de Blida à Metz sera déplacée avant la fin de la semaine © Radio France - Clément Lhuillier

Évacué une première fois fin juillet, le camp de fortune installé par des migrants avenue de Blida à Metz va être démantelé et déplacé d'ici la fin de la semaine à quelques centaines de mètres de son lieu actuel. 200 personnes y vivent dans des conditions insalubres.

C'est un bidonville en plein cœur de Metz, insalubre, indigne. "8 ans que cela dure" dénonce Dominique Gros, le maire de Metz. Le camp de migrants de l'avenue de Blida a été plusieurs évacués, démantelé. La dernière fois, c'était le 28 juillet. Mais chaque fois, les réfugiés retrouvent leur place, dans des tentes, à même le sol, devant le DPA (Dispositif de Premier Accueil), porte d'entrée obligatoire pour les demandeurs d'asile en Moselle : une centaine, chaque semaine en Moselle, selon la Préfecture. Aujourd'hui, 200 personnes y vivent, dont une soixantaine d'enfants, principalement issus des pays des Balkans.

De Blida... à Blida !

"Le camp sera déplacé vers une solution provisoire" a annoncé lundi Emmanuel Berthier, le préfet de Moselle. Les migrants n'iront pas bien loin : à quelques centaines de mètres de leur campement de fortune pour s'installer sur le parking des TCRM Blida. Les aménagements ont d'ailleurs déjà débuté. Le Préfet de la Moselle a également indiqué le déménagement du DPA d'ici la fin de la semaine. Le lieu choisi pour le nouvel accueil n'a pas encore été trouvé.

Emmanuel Berthier, Préfet de Moselle

Tensions entre la mairie de Metz et la Préfecture

Par ailleurs, le processus de traitement des demandes d'asile sera accéléré grâce au renfort à Metz d'une équipe mobile de l'OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides). "Ceux qui resteront seront dirigés vers des hébergements d'urgence. Les autres reconduits à la frontière" promet le Préfet, en réponses aux critiques formulées sans détours par le maire de Metz. Dominique Gros ne cache pas son agacement face à la situation et indique que sa ville accueille, à elle seule, 61% des demandeurs d'asile du département.

Dominique Gros, le maire de Metz

Une centaine de migrants de Calais en Moselle

En plus de la gestion délicate de ce dossier, la Préfecture de Moselle a indiqué que le département, suite au démantèlement annoncé de la jungle de Calais, devrait accueillir, dans les prochaines semaines, une centaine de migrants. Des solutions d’hébergements sont actuellement étudiées.

Partager sur :