Faits divers – Justice

Metz : relaxe pour le policier municipal accusé d’agression sexuelle

Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord mercredi 19 octobre 2016 à 18:17 Mis à jour le mercredi 19 octobre 2016 à 18:50

Le policier municipal de Metz a été relaxé.
Le policier municipal de Metz a été relaxé. © Maxppp -

La relaxe pour le policier municipal de Metz qui était accusé d'agression sexuelle sur une collègue. Le tribunal correctionnel est allé à contre-courant du procureur qui avait réclamé entre autres huit mois de prison avec sursis.

Le brigadier était jugé pour agression sexuelle sur une collègue au sein de la police municipale de Metz. Les juges du tribunal correctionnel ont pris le contre-pied du procureur, et ils ont prononcé la relaxe. Alors que le parquet avait requis huit mois de prison avec sursis, une interdiction d'exercer dans la fonction publique et donc dans la police et l'inscription au fichier national des délinquants sexuels.

Parole contre parole

Le brigadier âgé de 35 ans était mis en cause par une collègue pour des attouchements au sein même de la police municipale de Metz entre 2013 et 2015. Mais au final, ces accusations n'ont pas convaincu les juges. « Ce n’est pas une grande surprise, car c’était parole contre parole et ce n’est pas évident ensuite pour le tribunal. C’est mieux d’avoir des témoignages », commente l’avocat de la plaignante, Xavier Iochum.

Manque de consistance dans ce dossier

Satisfaction bien sûr du policier municipal mis en cause, il décrivait uniquement des jeux grivois. Son avocat, Michel Nassoy réagit pour lui : « le tribunal a tiré les conséquences d’un dossier qui manquait de consistance. On avait des déclarations incohérentes de la plaignante. Mon client a reconnu des jeux entre policiers municipaux, mais il a contesté la plupart des accusations ».

La policière n'a pas encore décidé si elle faisait appel. Le procureur peut lui aussi faire appel.

Une autre affaire est toujours au stade de l'enquête au sein de la police municipale de Metz. Elle porte sur des accusations de viols d'un policier sur une collègue.

Partager sur :