Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Metz : une vingtaine de détenus protestent contre les règles sanitaires en refusant de rentrer en cellule

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Les équipes régionales d'interventions de la pénitentiaire ont été appelées ce samedi en renfort à la prison de Metz-Queuleu pour faire face à une vingtaine de détenus qui refusaient de remonter en cellule. Ils protestent contre les règles sanitaires aux parloirs maintenues depuis le déconfinement.

L'entrée du centre pénitentiaire de Metz, en juin 2020.
L'entrée du centre pénitentiaire de Metz, en juin 2020. © Radio France - Marc Bertrand

Les ÉRIS, les équipes régionales d'intervention de la pénitentiaire basées à Strasbourg, ont été dépêchées ce samedi soir à la prison de Metz-Queuleu pour faire face à 18 détenus qui refusaient de réintégrer leurs cellule après la promenade, selon une source syndicale.

Six détenus placés "au trou"

Les détenus protestaient, comme ça a déjà été le cas plusieurs fois depuis le début de l'épidémie, contre les règles sanitaires très strictes dues à l'épidémie de Covid-19, qui sont toujours en vigueur dans les prisons. Lors des parloirs, les détenus doivent parler à travers un plexiglas ou un hygiaphone, sans contact physique possible. 

Les ÉRIS ont rapidement fait réintégrer leurs cellules aux détenus. Six d'entre eux ont été placés "au trou", à l'isolement. 

Un détenu couteau à la main dimanche matin

Ce dimanche matin, un détenu refusait de nouveau de réintégrer sa geôle, il était armé d'un couteau, selon le syndicat SNP-FO. Les ERIS ont de nouveau été appelées en renfort de Strasbourg. Elles l'ont tasé pour l'obliger à rentrer en cellule. L'homme, condamné à une longue peine, est instable psychologiquement, affirme une source syndicale. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess