Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurthe-et-Moselle : un mort après l'explosion d'un obus déniché dans un vide-grenier

dimanche 27 mai 2018 à 20:54 - Mis à jour le lundi 28 mai 2018 à 7:00 Par Isabelle Baudriller, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Un homme de 68 ans est décédé dimanche 27 mai à Damelevières, après l'explosion d'un obus qu'il venait d'acheter dans un vide-grenier. Le vendeur est placé en garde à vue.

La victime, gravement blessée dans l'explosion, est décédée sur place
La victime, gravement blessée dans l'explosion, est décédée sur place © Radio France - Isabelle Baudriller

Damelevières, France

Un dramatique accident s'est produit ce dimanche en fin de matinée à Damelevières (Meurthe-et-Moselle). Un homme de 68 ans venait de chiner un obus dans un vide-grenier, à Roville-devant-Bayon et de retour à son domicile, alors qu'il le manipulait, l'engin a explosé. Le retraité, gravement blessé, n'a pas pu être secouru et est décédé sur place. 

La victime était manifestement un collectionneur : plusieurs obus ont été saisis chez lui par les démineurs de Metz. Un autre obus a été saisi sur le lieu de la vente et le brocanteur a été placé en garde à vue pour détention d'arme de catégorie A et homicide involontaire. L'enquête est confiée à la brigade de recherches de Lunéville. 

Enquête pour homicide involontaire

Dans la région, des obus comme celui-ci, datant de la Première guerre mondiale, sont régulièrement exhumés, en forêt ou dans les champs après les labours. Et parfois conservés. "On retrouve ces objets dans les maisons, dans les familles", note le commandant de la Compagnie de gendarmerie de Lunéville Jean Pasquier-Bernachot. 

Les obus sont parfois en vente dans les brocantes ou vide-greniers et s'ils n'ont pas été démilitarisés, ils restent extrêmement dangereux" - Le commandant Pasquier-Bernachot

Explications : "Ces engins contiennent de l'explosif. Il était stable au moment de sa fabrication au début du 20e siècle et a évolué car il n'était pas stocké dans les conditions idéales. Il a tendance à se dégrader et devenir de plus en plus instable. Un obus datant de la Première guerre mondiale est plus dangereux maintenant qu'il y a un siècle". 

La gendarmerie rappelle donc ces quelques consignes en cas de découverte d'un obus : ne pas le toucher, limiter autant que possible l'accès au secteur et contacter la brigade la plus proche ou le maire.