Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Meurthe-et-Moselle : une nouvelle prison "expérimentale" en projet à Toul

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

La ville de Toul a été retenue par le ministère de la Justice pour accueillir une nouvelle prison dite "expérimentale" , "entièrement centrée sur la formation et le travail". Trois projets appelés Inserre sont annoncés en France.

La phase de construction de la nouvelle prison expérimentale est prévue à l'horizon 2022, selon le ministère (image d'illustration)
La phase de construction de la nouvelle prison expérimentale est prévue à l'horizon 2022, selon le ministère (image d'illustration) © Radio France - Nina Valette

Le maire de Toul Alde Harmand  confie avoir reçu par téléphone la confirmation de la Garde des Sceaux ce jeudi 20 février à 22h30.  Les services du ministère communiquent ce matin officiellement sur la création de trois prisons expérimentales en France, dont une à Toul en Meurthe-et-Moselle. Les deux autres sont prévues à Donchery dans les Ardennes et à Arras dans le Pas-de-Calais.

Ces prisons appelées INSERRE accueilleront 180 personnes chacune. Le projet , explique le ministère, est centré sur "la formation et le travail en lien avec les entreprises locales et les collectivités territoriales" . Des comités locaux de pilotage vont être mis en place, avec une phase de construction annoncée à l'horizon 2022.

En Meurthe-et-Moselle, un projet de nouvelle prison avait été abandonné en 2018 sur le site de Dommartin-lès-Toul . Aujourd'hui le maire de Toul confirme que le projet est prévu dans la commune de Toul sur un terrain de 4 hectares.

160 à 180 nouveaux emplois, selon le maire de Toul 

Dans un communiqué en commun, le député Dominique Potier, le maire de Toul Alde Harmant et Fabrice Chartreux, le président de la communauté de communes Terres touloises expriment leur satisfaction,  "sollicités en août 2019 pour l’appel à projet « INSERRE », nous avons bâti, dans un délai record, un dossier de candidature commun avec toutes les parties prenantes. Outre la dimension humaine de ce projet, l’investissement estimé à 35 millions d’euros et les emplois publics attendus viennent conforter le renouveau économique collectivement engagé depuis une décennie, avec et pour nos entreprises."

Selon Alde Harmant, le maire de Toul " il y a déjà deux établissements pénitentiaires dans le secteur, ça ne pose pas de problème d'en accueillir un troisième en périphérie de la ville sur 4 hectares près de la zone industrielle". L'élu ajoute "l'intérêt, c'est la création de 160 à 180 nouveaux emplois, on n'allait pas regarder les trains passer sans réagir"

"Cette annonce vient nous consoler après la grande déception de l'abandon en octobre 2018 d'un nouveau centre de détention à Dommartin-lès-Toul", réagit le député du toulois Dominique Potier. "Cela supposait d'avoir des collectivités et des habitants pour qui la question pénitentiaire n'est pas un chiffon rouge. Nous avons l'habitude de vivre sur ces territoires avec des centres de détention", ajoute l'élu. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu