Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Meurtre à Carquefou : l'auteur des coups de couteau "incohérent" dans ses explications

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Ce Nantais de 36 ans, présenté à la justice ce mercredi 5 mai, a reconnu avoir tué cette femme de 92 ans, dans une résidence senior de Carquefou. Pendant ses deux jours de garde à vue, il a tenu des propos "incohérents" et "confus".

Ce sont les enquêteurs de la section de recherche de la gendarmerie de Nantes qui ont interrogé l'homme de 36 ans, pendant ses deux jours de garde à vue.
Ce sont les enquêteurs de la section de recherche de la gendarmerie de Nantes qui ont interrogé l'homme de 36 ans, pendant ses deux jours de garde à vue. © Radio France - François Ventéjou

Il n'a pas su donner d'explications claires à l'origine de son acte. Cet homme de 36 ans, habitant à Nantes, était présenté à la justice ce mercredi 5 mai. Il a reconnu avoir poignardé à mort cette femme de 92 ans dans sa résidence senior de Carquefou, dimanche 2 mai.

Une expertise psychiatrique nécessaire

Sur le déroulement, des faits, c'est plutôt clair : il est venu quelques jours avant pour visiter la vieille dame, en tant que membre de sa famille. Il est ensuite revenu, le dimanche après-midi, en passant par une porte de service pour échapper à la vigilance des employées de la résidence. Le couteau a été retrouvé à son domicile nantais, ensuite, lors d'une perquisition.

C'est sur les raisons de son acte que c'est plus flou : après deux jours de garde à vue, les enquêteurs évoquent des propos "incohérents", "confus". Le mis en cause n'était pas connu des forces de l'ordre, n'a aucun antécédent judiciaire. 

En revanche - des vérifications sont en cours - il pourrait avoir des antécédents psychiatriques, avoir été hospitalisé à l'hôpital Saint-Jacques il y a quelques années. Une expertise psychiatrique doit être menée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess