Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre à Mont-de-Marsan : la victime présente des traces de strangulation

Le corps de la femme de 24 ans, retrouvée morte dimanche à Mont-de-Marsan (Landes), présente des traces de strangulation révèle le procureur. Aucun autre élément de l'autopsie n'a à ce stade été dévoilé.

L'accès au tunnel sous la voie ferrée bouclé par la Police le temps de l'enquête
L'accès au tunnel sous la voie ferrée bouclé par la Police le temps de l'enquête © Radio France - Frédéric Denis

Mont-de-Marsan, France

L'autopsie de la femme de 24 ans retrouvée morte dimanche à Mont-de-Marsan révèle des "traces de strangulation", précise ce mardi le parquet, sans donner plus de détails à ce stade. L'autopsie a été réalisée ce lundi à Bordeaux. 

Le corps de Johanna Blanes a été retrouvé dimanche vers 6h du matin gisant dans un tunnel pour piétons, sous la voie ferrée, au bout de la rue du Ruisseau, près de l'IUT de Mont-de-Marsan. Dans un premier temps, le parquet avait fait savoir que la victime présentait des traces de violences "importantes".

Selon les informations de France Bleu Gascogne, la victime est une jeune maman d'un garçon de 19 mois. Samedi soir, elle a quitté une boîte de nuit montoise, le Paradise, et a pris la direction de son domicile, seule et à pied, comme elle en a l'habitude. 

Dans cette affaire, le procureur de la République de Mont-de-Marsan a ouvert une enquête pour homicide volontaire qu'il a confié conjointement au commissariat de Mont-de-Marsan et à la direction interrégionale de la police judiciaire de Bordeaux. Un appel à témoins a été lancé lundi. A ce jour, aucun suspect n'a été placé en garde à vue, selon le parquet de Mont-de-Marsan.