Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Meurtre d'Adrien Perez

Meurtre d'Adrien Perez à Meylan : le suspect reste en détention

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère, France Bleu

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble vient de rendre son arrêt : elle contredit la décision de remise en liberté prise par le juge des libertés et de la détention.

Le Palais de justice de Grenoble
Le Palais de justice de Grenoble © Radio France - Lionel Cariou

L'un des deux suspects incarcérés (un troisième mis en cause est sous contrôle judiciaire) dans l'affaire du meurtre d'Adrien Perez à la sortie d'une boîte de nuit de Meylan (Isère) en juillet 2018 reste en prison. Une juge des libertés et de la détention avait récemment décidé de ne pas prolonger la détention provisoire de Yanis El Habib, mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre, mais le parquet avait fait appel de cette ordonnance. 

Décision de la Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Grenoble

La Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Grenoble, qui a examiné le dossier ce mercredi, a rendu son arrêt ce jeudi : elle "infirme" la décision de la magistrate. En clair, Yanis El Habib, soupçonné d'avoir pris part à la bagarre au cours de laquelle Adrien Perez est mort, reste en détention provisoire, tout comme son frère incarcéré dans la même affaire. Les magistrats pointent plusieurs obstacles à sa libération, et notamment le risque de trouble à l'ordre public. La détention est donc prolongée de six mois. 

"Soulagement" pour la partie civile

Pour Denis Dreyfus "c'est un énorme soulagement". L'avocat de la famille d'Adrien Perez évoque "une confiance dans la justice par rapport à une décision qui avait ébranlé toute une série de fondamentaux, tant il est vrai que parler de réinsertion dans la décision du juge des libertés semblait très anticipé (...). Maintenir cette détention c'est la meilleure façon d'aborder un débat dans la sérénité." Une décision "à la hauteur de la gravité de ce qui s'est passé" renchérit Arnaud Lévy-Soussan, l'avocat de l'ami d'Adrien Perez gravement blessé au cours de la rixe.

"Sur-médiatisation" 

De son côté l'avocat de Yanis El Habib déplore une "sur-médiatisation de ce dossier". "On a pris une décision que je n'ai pas à commenter, explique Julien Charles, mais qui n'est pas conforme à ce qu'a décidé un autre magistrat (le JLD, ndlr) sans qu'on nous dise en quoi ce magistrat se serait trompé. C'est assez inhabituel." L'avocat réfléchit la possibilité de contester la décision de la Chambre de l'instruction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess