Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Meurtre d'Alexia Daval

Affaire Alexia Daval : chronologie d'un mystère

mardi 30 janvier 2018 à 17:27 - Mis à jour le vendredi 7 décembre 2018 à 17:07 Par Rachel Noël et Blandine Costentin, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Le meurtre d'Alexia Daval en octobre 2017 à Gray en Haute-Saône a suscité beaucoup d'émotion. L'enquête minutieuse a pris plusieurs mois pour aboutir à des pistes concrètes. Depuis le 30 janvier 2018, c'est l'époux d'Alexia, Jonathann Daval qui est mis en examen pour meurtre sur conjoint.

Le domicile d'Alexia et Jonathann Daval perquisitionné le 29 janvier 2018
Le domicile d'Alexia et Jonathann Daval perquisitionné le 29 janvier 2018 © Radio France - Jean-François Fernandez

Gray-la-Ville, France

LePlusieurs mois d'enquête ont été nécessaire pour éclaircir le mystère de la dispa que c'est le beau-frère d'Alexia, Grégory Gay, qui a tuée cette dernière. e2017. Depuis le 30 janvier 2018, c'est l'époux d'Alexia, Jonathann Daval qui est mis en examen pour meurtre sur conjoint. Il a reconnu les faits avant de se rétracter en juillet 2018.

La disparition et l'émotion

Le 28 octobre 2017 : Alexia Daval 29 ans disparaît. D’après les dires de son mari, la jeune femme est partie vers 9 heures pour faire son footing sur les bords de Saône sans son téléphone portable. Son mari alerte la gendarmerie qui ouvre une enquête pour disparition inquiétante. De gros moyens sont déployés pour retrouver la jeune femme : hélicoptère, plongeurs et moyens humains, 200 personnes participent aux recherches.

Le 30 octobre 2017, le procureur de Vesoul ouvre une information judiciaire pour enlèvement et séquestration.

Dans la soirée, le corps d’Alexia Daval est retrouvé calciné dans une forêt de Gray en Haute-Saône.  L'ADN le confirmera, c'est bien le corps de la jeune femme.

A Gray, en Haute-Saône, les habitants sont sous le choc. Une cellule de soutien psychologique est mise en place. Partout en France, des rassemblements et des marches, voire des courses s'organisent en mémoire de la jeune femme. Une marche blanche, organisée à Gray le 5 novembre réuni près de 8.000 personnes.

A LIRE - Disparition d'Alexia en Haute-Saône : à Gray les habitants sont inquiets

L'enquête progresse à petits pas

Le 3 novembre 2017, l'autopsie du corps d'Alexia est concluante. Il faudra attendre trois jours pour que la procureure, lors d'un point presse, en livre la teneur. La mort de la jeune femme est bien liée à une asphyxie. Elle a subi des violences physiques, mais les causes de la mort ne peuvent être établies avec certitude.

A LIRE - Meurtre d'Alexia Daval : pour la procureure de Besançon, la mort est "liée à une asphyxie

Le 8 novembre, les obsèques d'Alexia Daval à la basilique Notre-Dame de Gray rassemblent près de 800 personnes. Son mari Jonathann, 34 ans, apparaît effondré, soutenu par son beau-père.

Le mari d'Alexia, Jonathann très ému lors des obsèques ce mercredi - Radio France
Le mari d'Alexia, Jonathann très ému lors des obsèques ce mercredi © Radio France - Jean-François Fernandez

Ensuite, plus rien ou pas grand chose ne filtre de l'enquête. Seules quelques prises de parole des avocats viendront sur le devant de la scène. Mi-novembre, l'avocat de la famille Jean-Marc Florand pense que l'enquête devrait permettre de connaitre les coupables en janvier.

Quelques jours plus tard, l'avocat de Jonathann Daval veut faire taire les rumeurs. Il parle d'un relevé d'indices important et estime que c'est l'entourage proche qui est visé.

Coup d'accélérateur

Lundi 29 janvier 2018, Jonathann Daval, le mari d'Alexia est placé en garde à vue et des perquisitions ont lieu à son domicile. Il nie tous les faits qui lui sont reprochés. 

Plusieurs éléments sont mis en avant par les enquêteurs qui concernent le véhicule professionnel de l'époux d'Alexia Daval, mais aussi des draps retrouvés sur le corps de la jeune femme.

Mardi 30 janvier 2018 : Jonathan Daval avoue lors de sa garde à vue avoir tué son épouse par accident.

La procureure de la République de Besançon annonce lors d'un point presse que Jonathann Daval est mis en examen pour meurtre sur conjoint. Il est écroué.

A LIRE - Affaire Alexia Daval : l'avocate du mari s'attend à une mise en examen

Mercredi 31 janvier 2018 : sur fond d'emballement médiatique, l'affaire fait également débat sur la ligne de défense des avocats de Jonathann Daval. En affirmant que le meurtrier présumé était écrasé par la personnalité de sa femme, ils s'attirent les critiques d'associations féministes et de la secrétaire d'Etat à l'égalité homme femme, Marlène Schiappa.

Vendredi 2 février 2018 : l'avocat des parents d'Alexia demande de nouvelles expertises. Il s'interroge sur de possibles liens entre le meurtre de la jeune femme et le suicide d'un homme, le 6 janvier, à Esmoulins, la commune où le corps d'Alexia Daval a été retrouvé.

Sur le chemin de la vérité

Jeudi 1er mars : les parents d'Alexia Daval sortent de leur silence. Dans l'interview qu'ils donnent à L'Est Républicain, ils expliquent qu'ils veulent "démentir toutes les horreurs (...) entendues dans la bouche de l'avocat de Jonathann". Ils rendent hommage à leur fille, "épatante, joyeuse" et expliquent qu'ils croyaient leur gendre innocent.

Mardi 20 mars : Jonathann Daval est entendu pour la première fois par le juge d'instruction. Il reste sur la même ligne de défense que lors de sa mise en examen : il a tué son épouse "par accident" et ce n'est pas lui qui a brûlé le corps.

Mercredi 28 mars : son avocat confirme que, "dépressif", Jonathann Daval a été admis dans l'unité psychiatrique de la prison de Dijon où il est incarcéré.

Jonathann Daval revient sur ses aveux

Mercredi 27 juin : le meurtrier présumé d'Alexia Daval est entendu à sa demande par le juge d'instruction. 

Mercredi 4 juillet : les parents, la soeur et le beau-frère d'Alexia Daval sont reçus par le juge d'instruction. Ils apprennent que Jonathann Daval nie désormais avoir tué son épouse et accuse son beau-frère. Il évoque un "complot familial".

Jeudi 12 juillet : Grégory Gay, le beau-frère de Jonathann, répond aux accusations dans un entretien télévisé. Il estime que ce dernier a bénéficié de complicité.

La famille d'Alexia Daval fait front contre les accusations de son mari Jonathann. - Maxppp
La famille d'Alexia Daval fait front contre les accusations de son mari Jonathann. © Maxppp - Ludovic LAUDE

Jeudi 4 octobre : les conclusions des expertises psychiatrique (datée du 12 juillet) et psychologique (datée du 6 juin) sont connues. L'expertise psychiatrique conclut que Jonathann Daval est "dangereux sur le plan criminologique". L'expertise  psychologique ajoute qu'il peut aussi "transformer la réalité".

Une premier anniversaire et de multiples révélations

Lundi 1er octobre : l'avocat de Jonathann Daval confirme qu'il va déposer une demande de remise en liberté, "suite logique" du nouveau positionnement de son client. Rejetée, cette requête est examinée en appel le 30 octobre, un an jour pour jour après la découverte du corps d'Alexia. Elle est rejetée.

Le 25 octobre, Jonathann Daval annonce, par la voix de ses avocats qu'il accepte le principe d'une confrontation, réclamée par Stéphanie et Grégory Gay, soeur et beau-frère d'Alexia

A quelques jours du premier anniversaire, les fuites se multiplient dans la presse. Selon un rapport d'expertise scientifique auquel France 3 a pu avoir accès, seul l'ADN appartenant à Jonathann Daval a été retrouvé sur le cadavre et le lieu où le corps a été déposé. D'après le journal Le Parisien, une bombe aérosol se trouverait au coeur de l'enquête. Quant à la mère de Jonathann Daval, Martine Henry, elle confie à L'Est Républicain la certitude que son fils est innocent.

Un an après la disparition et la mort d'Alexia Daval, les zones d'ombre sont encore nombreuses dans cette affaire.

Des confrontations décisives

Le 29 novembre, Jonathann Daval est interrogé pendant quatre heures et demie par le juge d'instruction, pour la première fois depuis qu'il a changé sa version des événements. Entre temps, il y a eu une nouvelle pluie de révélations : un document troublant dans l'ordinateur du suspect, dans lequel il retrace le déroulement des faits, tels qu'il les a présentés au départ. Il y a aussi un cheveu de la mère de Jonathann, qui aurait été retrouvé dans le véhicule qui aurait transporté Alexia. Un élément qui ne prouve rien, selon l'avocat de Jonathann Daval. Il y a enfin des traces de médicaments dans le corps de la victime. 

Face, notamment, aux 42 expertises qui lui sont exposées, Jonathann Daval maintient que c'est le beau-frère d'Alexia, Grégory Gay, qui a tuée cette dernière. 

Le 7 décembre, c'est le coup de théâtre lors des confrontations. Face à Isabelle Fouillot, qui a apporté une photo de sa fille, Jonathann Daval craque et revient à sa version initiale : il a tué Alexia par accident lors d'une dispute, il a agi seul mais n'a pas incinéré le corps. La mère de la victime se dit soulagée. Les avocats du mis en examen estiment qu'ils vont pouvoir entamer un travail "plus constructif et plus utile".