Faits divers – Justice

Meurtre d'Eva Bourseau à Toulouse : la reconstitution fait avancer l'instruction

Par Jean Saint-Marc, France Bleu Toulouse jeudi 20 octobre 2016 à 18:18

La rue Merly était fermée à la circulation le temps de la reconstitution
La rue Merly était fermée à la circulation le temps de la reconstitution © Radio France - Jean Saint-Marc

15 mois après les faits, la reconstitution du meurtre d'Eva Bourseau ce jeudi permet de mieux comprendre le déroulé de la nuit du 27 juillet 2015. Un des deux suspects a reconnu avoir frappé la jeune étudiante avec un pied de biche. Les avocats se confient sur cette journée "difficile mais utile".

"Cette reconstitution aura été utile" , lâche un des avocats à la sortie du minuscule appartement de la rue Merly, en face du lycée Ozenne à Toulouse. Les deux suspects se sont souvenus, dans les grandes lignes, de leurs gestes de cette soirée du 27 juillet 2015 : "iIs étaient pourtant camés jusqu'au bout", dit maître Cathala, l'avocat du plus jeune.

Les deux anciens copains se sont replongés dans cette terrible nuit où ils ont tué la jeune étudiante à coups de poing et de pied de biche, avant de tenter de dissoudre son corps dans un bain d'acide. "Le petit appartement était sous scellé, il était donc dans l'état... C'est un moment difficile pour eux" explique maître Martin, lui aussi conseil du jeune Zakarya.

Retrouvailles glaciales entre les deux copains

Les deux garçons se retrouvent pour la deuxième fois seulement depuis les faits. Les retrouvailles sont glaciales : ils se regardent en chien de faïence et ne s'adressent pas la parole directement. Dans le studio ils se contentent de répondre, chacun leur tour, aux questions des juges et du procureur.

"Revenir sur les lieux le renvoie à une réalité et lui fait assumer les choses" – maître Alfort avocat de Taha

Face au mannequin qui représente la victime le plus âgé des deux, Taha, est forcé de reconnaître qu'il a bien frappé Eva avec un pied de biche. Jusque là il ne niait et son récit ne correspondait pas aux constatations du légiste. "Il revit la scène, ce moment tragique... Le fait de revenir sur les lieux le renvoie à une réalité et lui fait assumer et reconnaître des choses qu'il ne voulait ou ne pouvait pas dire", explique son avocat maître Alfort.

Une dernière confrontation est prévue. L'instruction devrait ensuite être bouclée rapidement et le procès, devant la cour d'assises, pourrait avoir lieu durant le premier semestre 2017.

LIRE AUSSI

Toulouse : l'un des mis en examen dans l'assassinat d'Eva Bourseau remis en liberté

Toulouse : meurtre d'Eva, les avocats se confient

Meurtre à Toulouse : Eva, assassinée par des étudiants inspirés par une série américaine

Toulouse : le corps d'une jeune femme découvert dans une malle

Partager sur :