Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre d'Isabelle Mosser à Illfurth : son mari jugé en appel à Strasbourg

dimanche 24 juin 2018 à 20:20 Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Le procès en appel d'Eric Mosser se déroule à partir de lundi à Strasbourg. Il est soupçonné d'avoir tué son épouse Isabelle, à Illfurth, le 12 septembre 2013. Condamné à Colmar, à 20 ans de réclusion criminelle, il sera défendu, comme en mars 2017, par Me Eric Dupond-Moretti.

La rue du château où se situe la maison familiale d'Isabelle Mosser
La rue du château où se situe la maison familiale d'Isabelle Mosser © Maxppp - Thierry Gachon

Illfurth, France

Aux assises du Bas-Rhin à Strasbourg, débute ce lundi 25 juin et toute cette semaine, le procès en appel d'Eric Mosser. Cet homme de 49 ans est soupçonné d'avoir tué son épouse Isabelle Mosser à Illfurth le 12 septembre 2013.  Cette mère de famille d'une quarantaine d'années, a été retrouvée morte, poignardée de plusieurs coups de couteau.

Eric Mosser clame toujours son innocence 

En mars 2017, devant la cour d'assises du Haut-Rhin à Colmar, Eric Mosser avait été condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Les jurés s'étaient basés sur un faisceau d'indices. Me Eric Dupond-Moretti assurera, comme au premier procès, la défense de l'accusé. 

Le concours Lépine de l'hypothèse 

Le procès à Colmar, avait été très suivi. Me Dupond-Moretti avait parlé à l'époque de "concours Lépine de l'hypothèse". Il avait demandé l'acquittement de l'accusé, au bénéfice du doute. Il n'y a que des indices et pas de preuves. 

L'instruction a été faite à charge avait-il martelé.  Pour le ténor du barreau, ce dossier est vide, l'enquête a été bâclée et la piste d'une tierce personne, n'a pas été assez étudiée. 

De son côté, l'avocat de la famille de la victime, Me Thierry Moser avait pointé du doigt un cambriolage monté de toutes pièces et des trous dans l'emploi du temps du mari, où l'accusé seul avec sa femme entre 7h45 et 8h20 le jour du meurtre aurait pu l'avoir tué

Les débats sont très attendus et le verdict doit être rendu vendredi soir, à Strasbourg