Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Série de meurtres en Drôme, en Ardèche et en Alsace

Meurtre d'une conseillère Pôle Emploi : un délégué syndical Grand Est redoute un "effet mimétisme"

Toutes les agences Pôle emploi de France seront fermées vendredi 29 janvier après le meurtre ce jeudi d'une conseillère dans une agence de Valence. Dans le Grand Est, un représentant syndical Pôle Emploi craint un "effet mimétisme", il parle de "situation sociale extrêmement tendue".

L'agence Pôle Emploi Victor Hugo à Valence (Drôme), où le tireur a abattu une conseillère
L'agence Pôle Emploi Victor Hugo à Valence (Drôme), où le tireur a abattu une conseillère © Radio France - Willy Moreau

Les 900 agences Pôle emploi de France afficheront portes closes ce vendredi. Décision prise par le directeur général de Pôle Emploi après le meurtre d'une conseillère dans une agence de Valence (Drôme) jeudi 28 janvier. Un homme de 45 ans, ingénieur, originaire de Nancy, a été interpellé. Il a aussi tué par balles la directrice des ressources humaines d’une société ardéchoise spécialisée dans la fabrication de véhicules de collecte de déchets.    

"C'est comme si on perdait un membre de notre famille", réagit le délégué SNU FSU Pôle Emploi Grand Est, Ludovic Louis. "C'est une grande famille que la famille Pôle Emploi. Cela aurait pu être nous, n'importe qui d'entre nous."

On ne comprend pas. On est quand même là au service de la population et pas contre la population. C'est inadmissible, c'est horrible.

"On est aux premières loges pour connaître les difficultés sociales que peut rencontrer la population", poursuit le représentant syndical. "En ce moment, la situation est extrêmement tendue. Il y a une crise économique et un manque total d'empathie des pouvoirs publics vis-à-vis du chômage, des chômeurs ou de la précarité. Forcément, on sait que ça peut aboutir à des réactions extrêmes. On le dit régulièrement." 

Ludovic Louis évoque des montées de violences "toutes les semaines" dans la région. "On montre un geste de solidarité pour notre collègue décédée, ses collègues et la famille. C'est aussi pour dire que chez nous, en Grand Est, la situation peut vite dégénérer. On a peur de l'effet mimétisme." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess