Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre d’une étudiante sarthoise en Belgique : une reconstitution a eu lieu ce mardi à Liège

mardi 21 novembre 2017 à 17:07 Par Julie Le Duff, France Bleu Maine et France Bleu

Six semaines après la mort de Louise Lavergne, la justice belge a organisé ce mardi une reconstitution dans l’appartement que la jeune Sarthoise occupait à Liège. Son voisin, un violeur récidiviste, avait reconnu le meurtre de l’étudiante dès sa garde à vue.

La justice liégeoise a procédé ce mardi matin à la reconstitution du meurtre de Louise Lavergne (illustration : détail d'un commissariat en Belgique)
La justice liégeoise a procédé ce mardi matin à la reconstitution du meurtre de Louise Lavergne (illustration : détail d'un commissariat en Belgique) © Maxppp - Sébastien Jarry

Mieux comprendre le scénario des dernières heures de Louise et ne laisser aucune zone d’ombre : c’est l’objectif de la reconstitution qui s’est déroulée ce mardi matin à Liège, là où le corps de cette étudiante en école vétérinaire a été découvert sans vie par son petit ami. Devant les enquêteurs et le juge d’instruction, le voisin de Louise Lavergne a reproduit les gestes perpétrés en octobre dernier ; un meurtre que cet homme de 54 ans a reconnu dès le début de sa garde à vue. Selon nos confrères de la RTBF, présents sur place, la famille de Louise a pu suivre le déroulement de la reconstitution grâce aux images retransmises en direct dans des camionnettes stationnées près de l’immeuble.

Plainte restée sans suite

Le 11 février 2015, l’étudiante mancelle s’était présentée au commissariat pour signaler le comportement de son voisin, ce même homme qui a reconnu l’avoir tuée. Le policier qui avait reçu Louise à l’époque avait rédigé une simple fiche d’information. Il a depuis été suspendu.