Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre d'une femme à Bar le Duc : le suspect avoue

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

L'homme interpellé samedi dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'une femme à Bar le Duc est passé aux aveux : il reconnait le meurtre par strangulation mais pas la préméditation. Le parquet a ouvert une information judiciaire pour "assassinat".

Le suspect est passé aux aveux
Le suspect est passé aux aveux © Maxppp - Maxppp

Bar-le-Duc, France

Lorsque les enquêteurs trouvent la victime sur ce chemin forestier, près de Bar-le-Duc , elle est dénudée, un morceau de soutien-gorge et de la ouate sont également retrouvés sous le corps.

La victime est rapidement identifiée grâce à une prise d'empreinte, elle est déjà fichée comme toxicomane, elle s'appelle Chloé, elle a 33 ans, et vit chez sa mère à Tronville-en Barrois dans la Meuse. Les premières auditions de l'entourage permet aussitôt d'orienter les enquêteurs vers Christophe D, un homme de 45 ans, vivant à Bar-Le-Duc, lui aussi déjà connu des services de police pour toxicomanie. Il fait partie des connaissances de la victime.

Il est donc interpellé chez lui samedi. La perquisition permet de retrouver la partie manquante du soutien-gorge de la victime, ainsi qu'une de ses culottes dans la poubelle et des lacets.

Les explications du suspect sont pour le moins confuses : oui, il a vu la victime, elle est venu chez lui, ils ont eu des rapports sexuels sado-maso (ce qui expliquerait, selon lui, la présence des lacets) mais tout cela s'est passé le jeudi et depuis il ne l'a plus revu, c'est en tout cas la première version qu'il donne aux enquêteurs.

Beaucoup d'éléments à charge

Seul problème, c'est qu'à l'analyse de son téléphone portable, les enquêteurs retrouvent des SMS adressés à l'une de ses ex compagne : dans ses messages, Christophe D dit vouloir régler ses comptes à la victime et mettre fin à ses jours ensuite, autres éléments à charge : des traces de sang dans sa voiture et enfin son passé judiciaire qui ne plaide pas pour lui, en 2013, il a déjà été condamné à deux ans de prison pour avoir tenté d'étrangler l'une de ses ex compagnes à l'aide de câbles électriques.

Face à tous ces éléments, Christophe D a fini par passer aux aveux ce lundi soir : il reconnait le meurtre par strangulation mais pas la préméditation.