Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Meurtre d'une femme quartier Bellevue à Nantes : l'ex-compagnon de la victime jugé aux assises

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Un homme de 40 ans est jugé par la cour d'assises de Loire-Atlantique à partir de mardi 21 janvier pour le meurtre de son ex-compagne en 2017. L'accusé est soupçonné d'avoir étranglé puis brûlé cette femme de 50 ans dans son appartement, rue Romanet dans le quartier Bellevue de Nantes.

Le palais de justice à Nantes (Loire Atlantique) en avril 2019.
Le palais de justice à Nantes (Loire Atlantique) en avril 2019. © Radio France - Marion Fersing

Un Nantais de 40 ans est jugé à partir du mardi 21 janvier par la cour d'assises de Loire-Atlantique pour meurtre et usage illicite de stupéfiants. Il est accusé d'avoir tué son ex-compagne en octobre 2017 et d'avoir brûlé son corps dans son appartement de la rue Romanet, quartier Bellevue. Une partie des circonstances de ce meurtre sont encore assez floues

Viens vite avec les flics, il m'agresse

Difficile de savoir précisément ce qui s'est passé dans la nuit du 13 au 14 octobre 2017. Les pompiers sont appelés, vers 7h30 du matin, pour l'incendie d'un appartement, rue Romanet. C'est le voisin du dessus qui les alerte, avant de passer le téléphone au locataire. Ce dernier évoque un court-circuit qui a mis le feu à son matelas et assure qu'il est seul dans le logement. Or, quand les pompiers accèdent au logement, situé au 2e étage, ils découvrent dans une sorte de placard aménagé pour la culture du cannabis, ce qu'ils pensent être dans un premier temps un mannequin. Il s'agit en fait du cadavre d'une femme de 50 ans, qui n'est autre que l'ex-compagne du locataire. 

Si l'investigation a permis de retracer certains faits de manière assez précise, il reste encore des zones d'ombre. On sait ainsi que la victime s'est rendue chez son ex vers 2h du matin. Le couple est séparé depuis un peu plus d'un mois mais ils se revoient régulièrement. Entre 2h et 6h du matin, c'est le flou. Puis à 6h15 elle envoie un SMS à son fils : "Viens vite avec les flics, il m'agresse", écrit la quinquagénaire. Selon l'accusé, elle a trouvé dans son téléphone des messages échangés avec une autre femme, ce qui suscite sa jalousie. L'ancien couple commence alors à se disputer : les coups partent - une quarantaine selon le rapport d'autopsie - qui lui fracturent une côte. 

Un homme décrit comme violent, colérique et instable

L'accusé étrangle étrangle alors sa victime et brûle le corps, pour des raisons qu'il a dû mal à expliquer. Le mis en cause a notamment changé plusieurs fois de versions au cours de l'enquête. Aux enquêteurs, il dit d'abord avoir brûlé le corps pour effacer les traces, avant d'affirmer au cours de l'instruction que c'est parce qu'il a vu une sorte de serpent sur sa victime. Pour les avocats de la défense, il n'était pas dans son état normal. Pourtant, cet homme de 40 ans est décrit par les témoins comme violent, colérique et instable. C'est également un gros consommateur de drogue : cinq à six joints par jour. Selon l'entourage de la victime, il avait une véritable emprise sur elle, la manipulait et lui faisait subir du chantage affectif.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu