Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre dans une maison de retraite pour prêtres à Montferrier-sur-Lez : ouverture du procès

-
Par , France Bleu Hérault

En novembre 2016, une employée de la maison de retraite des Chênes verts, à Montferrier-sur-Lez, a été tuée de plusieurs coups de couteau. L'homme jugé par la cour d'assises de l'Hérault pour meurtre à partir de ce jeudi évoque un cambriolage qui a mal tourné. Verdict mercredi 18 septembre..

C'est dans cette maison de retraite pour prêtres que le crime a été commis
C'est dans cette maison de retraite pour prêtres que le crime a été commis © Maxppp -

Montferrier-sur-Lez, France

C'est un meurtre qui a défrayé la chronique il y a près de trois ans à Montferrier-sur-Lez, au nord de Montpellier. Celui d'une employée de la maison de retraite des Chênes verts, établissement catholique qui accueille des prêtres. Pourquoi ? Parce que tout le monde a immédiatement pensé à l'attaque d'un terroriste islamiste. Me David Mendel, l'avocat de la défense, rappelle le contexte : "On est à l'époque quelques temps après l’attaque d'une église en Normandie, quelques temps après l'attentat de Nice, donc on pense à une attaque liée à Daesh."

Une véritable chasse à l'homme

Tout de suite après l'alerte, le déploiement des forces de l'ordre est impressionnant. Plus d'une centaine de policiers et gendarmes sont mobilisés. Tous les véhicules sont arrêtés et contrôlés mais finalement, assez vite, les enquêteurs ont su qui ils cherchaient. Dans une voiture abandonnée pas très loin de la maison de retraite, ils ont mis la main sur une carte d'identité : celle d'Eric Boucher. 

L'homme en question, aujourd'hui âgé de 50 ans, comparait devant la cour d'assises de l'Hérault à partir de ce jeudi après midi. Le verdict sera rendu mercredi 18 septembre.

Il connaissait les lieux puisqu'il y avait travaillé

C'est un touche à tout : il a été mécanicien, militaire et surtout veilleur de nuit pendant deux ans aux Chênes verts. Père de deux enfants, il était à l'époque au chômage, endetté et menacé d'expulsion pour loyers impayés. C'est pour cela, dit-il, qu'il a eu l'idée de cambrioler l'Ehpad, persuadé d'y trouver bijoux en or, cartes bancaires et argent liquide. 

Masque et treillis noirs, sabre japonais et réplique de fusil mitrailleur

Un soir de novembre 2016, cagoule d'Airsoft sur la tête, treillis de couleur noire, armé d'une fausse Kalachnikov et d'un sabre de ninja, il s'introduit dans la maison de retraite. Il enferme l'aide soignante dans la bibliothèque et la lingère dans la buanderie. La première réussit à se défaire de ses liens et donne l'alerte. La seconde lui résiste malgré ses pieds liés, mais a le malheur de lui arracher son masque. Le fait qu'elle puisse l'identifier lui a été fatal. On la retrouvera baignant dans une mare de sang.

Après une chasse à l'homme de moins de 24 heures, le suspect n'a opposé aucune résistance au moment de son arrestation. Il était seul dans la rue, pas très loin de chez lui à Saint-Mathieu-de-Tréviers, à un peu plus de 10 km de là où se trouve la maison de retraite des Chênes verts.

Choix de la station

France Bleu