Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre de Barsac : la mère de Manon devant la cour d'assises à Bordeaux

dimanche 17 juin 2018 à 17:45 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

La cour d'assises de la Gironde va juger à partir de ce lundi, une mère de famille de 36 ans. Elle avait abattu sa fille Manon, 9 ans, d'un coup de carabine en bord de route à Barsac, le 9 mars 2015, alors que sa voiture venait de tomber en panne et qu'elle roulait vers Bordeaux.

Mathieu Portet, le père de Manon, dans le bureau de son avocat à Bordeaux, maître Christian Dubarry
Mathieu Portet, le père de Manon, dans le bureau de son avocat à Bordeaux, maître Christian Dubarry © Radio France - Stéphanie Brossard

Saint-Michel-de-Castelnau, France

Un peu plus de trois ans après le drame qui a bouleversé le sud-Gironde, la cour d'assises de Bordeaux juge à partir de ce lundi et jusqu'à mercredi, une femme de 36 ans poursuivie pour le meurtre de sa fille Manon et tentative de meurtre sur un automobiliste qui a croisé sa route, le 9 mars 2015 à Barsac, dans le Langonnais.

Persuadée que sa fille a été victime d'abus sexuels, comme elle, plus jeune

Très tôt ce jour-là, vers 5h30 à St Michel-de-Castelnau, entre Captieux et Casteljaloux, Aurélie Coulon, embarque en voiture, sa fille et une carabine. Avec une idée en tête : se rendre à Villenave d'Ornon chez son père, pour se venger des agressions sexuelles qu'elle aurait subies, petite. Elle aurait enfoui ce souvenir jusqu'ici. Elle n'en n'aurait jamais parlé à personne. Mais il aurait refait surface quand elle a découvert une tâche de sang dans le sous-vêtement de Manon. Délire ou réalité ? C'est ce qu'elle a répété durant l'enquête, d'abord aux médecins à l'hôpital psychiatrique de Cadillac où elle a d'abord été admise juste après les faits, et face aux policiers. 

Une panne d'essence qui change tout

C'était son intention, ce matin-là, mais la panne d'essence, aurait contrecarrer ses plans. Elle serait alors sortie au milieu de la chaussée et tiré sur les automobilistes pour qu'ils s'arrêtent et l'amènent jusqu'à la banlieue de Bordeaux. C'est là que le coup de carabine serait parti accidentellement, tout seul (selon sa version, contredite par les experts), qu'elle aurait donc abattu sa fille, avant de tenter de se suicider, et finalement s'enfuir totalement hystérique, à travers les vignes, où elle est arrêtée quelques heures plus tard.

Elle-seule détient la clé. Sera-t-elle en mesure d'apporter des réponses, notamment au père de Manon ? Une dernière expertise, vient de la déclarer "en état de comparaître", alors qu'elle était à nouveau hospitalisée à Cadillac.

Mathieu Portet se dit "anxieux" avant le procès et "attend des réponses"