Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Meurtre de Blendecques : le suspect mis en examen pour avoir tué son père

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Le jeune homme de 25 ans suspecté d'avoir tué son père à coups de fusil de chasse à Blendecques est mis en examen et placé en détention provisoire. Contrairement à ce qu'il avait affirmé au départ, sa mère n'était pas en danger au moment où il a tiré.

Le suspect affirme que sa mère était victime de violences conjugales depuis plusieurs années
Le suspect affirme que sa mère était victime de violences conjugales depuis plusieurs années © Radio France - Laurent Gallien

Blendecques, France

Après la mort d'un homme de 56 ans à Blendecques, près de Saint-Omer, dans la nuit du 25 au 26 décembre, son fils est placé en détention provisoire et mis en examen pour "homicide volontaire sur ascendant"

Présenté vendredi à un juge d'instruction du pôle criminel de Boulogne-sur-Mer, il a maintenu avoir commis un acte désespéré pour porter secours à sa mère, que son père tentait d'étrangler. Mais ses proches sont revenus sur ces affirmations, affirmant que le jeune homme était excédé par une énième dispute, alors que son père avait consommé beaucoup d'alcool. 

Zones d'ombre

Cette version avait été au départ corroborée par les membres de la famille présents au moment des faits : la soeur et le frère du suspect, ainsi que leur mère. Mais il y avait des zones d'ombre dans leur récit et aucun élément matériel ne venait confirmer ces affirmations. Examinée par un médecin légiste, la femme ne présentait aucune trace de strangulation. 

De nouveau entendus, tous parlent désormais d'humiliations et de violences physiques que subissait leur mère depuis des années. Des affirmations difficiles à vérifier, car la justice ne dispose pas de certificat médical pouvant attester de ces violences. La mère de famille n'avait jamais envisagé de séparation, porté plainte ou même déposé de main courante.

Le fusil sorti lors d'une dispute

Le suspect explique qu'il était persuadé que dans ce climat de tensions, il y aurait une issue tragique. Il aurait caché le fusil de son père sous son lit il y a plusieurs mois, par "précaution", et l'aurait sorti au cours de la nuit, alors qu'une dispute avait éclaté. Il a alors tiré à deux reprises, touchant son père au dos et à la carotide. 

Les membres de la famille se seraient ensuite mis d'accord sur la même version : une tentative d'étranglement sur la mère. Le geste n'était, selon eux, pas prémédité et il n'avait pas consommé d'alcool cette nuit-là. Il encourt, pour ces faits, la réclusion criminelle à perpétuité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu