Faits divers – Justice

Meurtre de Chloé à Calais : le suspect mis en examen

Par Eric Turpin, France Bleu Nord vendredi 17 avril 2015 à 17:05 Mis à jour le vendredi 17 avril 2015 à 21:35

Le meurtrier et violeur présumé de la petite Chloé à Calais
Le meurtrier et violeur présumé de la petite Chloé à Calais © MaxPPP/DR

Deux jours après la mort de la petite Chloé à Calais, son meurtrier et violeur présumé a été présenté vendredi après-midi à la justice. Il a été mis en examen.

Le meurtrier présumé de la petite Chloé a été mis en examen vendredi pour enlèvement, viol et séquestration suivie de mort. Il avait été présenté vers 14h au palais de justice de Boulogne-sur-Mer à l'issue de sa garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Coquelles. Il a été placé en détention.

Au cours de son audition, ce polonais de 38 ans avait immédiatement reconnu son implication dans le décès de la petite fille. Il avait expliqué aux enquêteurs être arrivé de Varsovie le mercredi matin à Calais. Il voulait rejoindre sa soeur qui vit à Southampton en Angleterre.

L'homme s'est garé dans une rue pour aller boire une bière. C'est alors que la petite Chloé l'a arrosé avec un pistolet à eau. Furieux, il l'a empoignée et forcée à monter dans sa voiture. Il s'est rendu dans un bois près du port de Calais où il a violé et tué la fillette.

A t-il agi avec préméditation ou s'agit-il d'une pulsion. Ce sera à la justice de trancher. Plusieurs témoins ont affirmé avoir vu le meurtrier présumé de Chloé roder dans le quartier avant la tragédie. On sait qu'il a un lourd passé judiciaire en France et en Pologne. 

Un psychopathe

Le meurtrier présumé de la petite Chloé avait été expertisé en 2009 alors qu'il devait être jugé pour une violente agression. Christian Soenen, l'un des psychologues qui l'ont examiné, parle d'un homme dangereux, impulsif. Dans son rapport, il le qualifie comme un psychopathe.

« Il y avait une très forte impulsivité dans sa façon d’être et de faire, une violence qui s’extériorisait, une forme d’imprévisibilité aussi dans l’acte. Pas de regrets, ni de culpabilité par rapport aux faits passés » , explique Christian Soenen au micro de France Info.

Christian Soenen, psychologue, avec Célyne Bayt-Darcourt

Le psychologue avait prévu un nouveau passage à l'acte plus grave que les agressions pour lesquelles il a été jugé. Dans son rapport de 2009, il avait évoqué un risque important de récidive. « J’avais simplement dit qu’il était vraiment dangereux. J’avais mis en alerte le fait que la réadaptation serait très illusoire. Il aurait fallu considérer qu’il fallait protéger plutôt la société de ce genre d’individus ».

Marche Blanche

Une nouvelle marche blanche doit avoir lieu samedi à Calais, trois jours après le meurtre de Chloé. Le cortège doit partir à 15h du théâtre de la ville pour rejoindre l'aire de jeux où la petite fille de 9 ans a été enlevée. Jeudi, une première marche blanche avait rassemblé enrivon 5.000 personnes. 

Les obsèques de Chloé auront lieu le mercredi 22 avril à 10h30 en l'église Saint-Pierre de Calais.

A LIRE AUSSI :

Meurtre de Chloé à Calais : la justice polonaise nie toute responsabilité Meurtre de Chloé à Calais : la maire Natacha Bouchart dénonce des dysfonctionnements Meutre de Chloé à Calais : Manuel Valls veut toute la vérité sur l'itinéraire du suspect Meurtre de Chloé à Calais : le suspect reconnait avoir violé et tué la petite fille Une petite fille de 9 ans retrouvée morte près de Calais