Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre de Johanna à Mont-de-Marsan : un réfugié syrien de 32 ans confondu par son ADN

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu Occitanie, France Bleu, France Bleu Pays Basque

Un homme de nationalité syrienne, réfugié en France et interpellé ce jeudi à Mont-de-Marsan est soupçonné du meurtre et du viol de Johanna Blanes, précise ce vendredi le parquet. L'hypothèse d'un viol collectif n'est pas exclue. Trois autres hommes sont en garde à vue.

C'est dans ce tunnel, dont l'accès est bloqué depuis dimanche, que le corps de Johanna Blanes a été retrouvé
C'est dans ce tunnel, dont l'accès est bloqué depuis dimanche, que le corps de Johanna Blanes a été retrouvé © Radio France - Frédéric Denis

Mont-de-Marsan, France

Le principal suspect du meurtre et du viol de Johanna Blanes est un homme de nationalité syrienne âgé de 32 ans et réfugié politique en France, a annoncé ce vendredi le procureur de la République de Mont-de-Marsan lors d'une conférence de presse. L'hypothèse d'un viol collectif n'est pas exclue et trois autres hommes sont en garde à vue, précise le parquet. 

A ce stade de la garde à vue, le principal suspect nie les faits qui lui sont reprochés, selon le parquet. 

Le corps de Johanna Blanes avait été retrouvé dimanche matin, vers 6h, à Mont-de-Marsan, dans un tunnel pour piétons passant sous la voie ferrée.

Le suspect trahi par son ADN et le téléphone portable de la victime 

Le principal suspect a été confondu notamment par son ADN, que les enquêteurs ont retrouvé sur le corps de Johanna Blanes et sur la scène de crime. L'ADN de cet homme figurait déjà au fichier automatisé des empreintes génétiques, pour des faits commis antérieurement. 

Les enquêteurs ont également suivi la trace du téléphone portable de Johanna Blanes, qui n'avait pas été retrouvé près de son corps dimanche matin. Après le meurtre, les enquêteurs ont découvert que ce téléphone portable était utilisé avec une autre carte SIM, correspondant au numéro de téléphone de ce réfugié syrien. Sur la foi de ces informations, l'homme a été interpellé dans la matinée de jeudi, à 9h45, puis placé en garde à vue. A son domicile, lors d'une perquisition, le téléphone portable de la victime a été retrouvé.

Dans la foulée, jeudi, trois autres hommes ont été interpellés : tous habitent le même logement que cet homme syrien, à Saint-Pierre-du-Mont. Le procureur de la République de Mont-de-Marsan a refusé de dévoiler ce vendredi la nationalité, l'âge et le profil de ces trois suspects. Selon les informations de France Bleu Gascogne, ces trois hommes sont de nationalités étrangères et se trouvent sur le territoire français en situation irrégulière. 

Johanna Blanes est morte étouffée 

"On ne peut pas exclure que le viol ait été commis par plusieurs personnes, l'enquête ne fait que commencer", a précisé le procureur de la République de Mont-de-Marsan, qui a donné des précisions sur l'autopsie. Johanna Blanes est morte par "asphyxie mécanique et écrasement au niveau du cou et du thorax". Le meurtre et le viol ont vraisemblablement été commis dans le tunnel où le corps de Johanna a été retrouvé, selon le parquet. 

Le principal suspect était déjà connu de la justice pour des faits de violences conjugales en 2018 sur sa femme, même s'il a fait appel d'un premier jugement et n'a pas été condamné définitivement pour ces faits. Le couple était arrivé dans les Landes en 2016. 

Pour des faits de meurtre et de viol, le ou les auteurs risquent la réclusion criminelle à perpétuité. 

Johanna Blanes, 24 ans, avait été retrouvée sans vie dimanche matin, à Mont-de-Marsan, dans un tunnel pour piétons, passant sous la voie ferrée, près de la rue du Ruisseau. 

La veille au soir, Johanna avait passé la soirée en boîte de nuit, au Paradise, à Mont-de-Marsan et avait pris la direction à pied de Saint-Pierre-du-Mont, où elle était hébergée. Sa petite amie a reçu un dernier message de sa part à 4h40 dimanche matin. Un peu plus tard, vers 6h dimanche, son corps a été découvert par un passant dans ce tunnel, à Mont-de-Marsan.