Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Meurtre de Kléony : le procès du beau-père et de la mère de la petite fille s'ouvre ce lundi aux Assises

Par

Le procès du meurtrier présumé de Kléony s'ouvre ce lundi 21 juin, devant les Assises de la Somme. Ce trentenaire reconnaît avoir porté les coups ayant conduit à la mort de la fillette de 4 ans en novembre 2018. Son ex-compagne, la mère de Kléony, est jugée notamment pour non-empêchement de crime.

Le procès doit se dérouler de ce lundi 21 juin jusqu'au vendredi 25 juin. Le procès doit se dérouler de ce lundi 21 juin jusqu'au vendredi 25 juin.
Le procès doit se dérouler de ce lundi 21 juin jusqu'au vendredi 25 juin. © Radio France - Valérie Massip

C'est le début du procès Kléony ce lundi 21 juin devant les Assises de la Somme, à Amiens. Kléony, c'est cette petite fille de 4 ans morte le 24 novembre 2018 à l'hôpital d'Amiens, trois jours après avoir été violemment frappée par son beau-père . Cet homme de 33 ans, en détention provisoire depuis les faits, comparait pour actes de cruauté et de barbarie ayant entraîné la mort. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Son ex-compagne, la mère de Kléony, comparaît pour violences habituelles sur ses enfants, non-assistance à personne en danger, non-empêchement de crime et récit de faits imaginaires. Elle encourt 7 ans de prison.

Publicité
Logo France Bleu

"Cette petite fille de quatre ans a dû se voir mourir", dit l'avocate des parties civiles

Des coups, des douches froides, des privations de nourriture, c'était le quotidien de Kleony dès le début de l'année 2018... période à laquelle sa mère s'est mise en couple avec l'accusé. Et puis le paroxysme intervient le soir du 21 novembre 2018 : un déchaînement de violence de la part du beau-père. Pour Maître Caroline Rémond, avocate de l'association "L'Enfant Bleu, enfance maltraitée", partie civile à ce procès, Kléony est "une enfant martyre. Elle a vécu des sévices, qui ont été crescendo__. Cette petite fille de 4 ans a dû se voir mourir, dans des conditions atroces, de la part de personnes qui étaient censées la protéger, sa mère et le compagnon de celle-ci", détaille l'avocate. La petite fille est morte à l'hôpital, trois jours après les coups, le 24 novembre 2018, d'un traumatisme crânien.

Procès peut-être à huis clos à la demande d'une partie civile

De fait, le rôle de la mère de Kléony interroge l'avocate de l'association L'Enfant Bleu : "Il s'agira de comprendre la responsabilité de cette maman, pourquoi elle n'a rien tenté pour sauver sa petite fille de 4 ans". La mère de Kléony, âgée de 34 ans, comparaît aux côtés de son ex compagnon pour plusieurs motifs : récit de faits imaginaires - elle avait raconté aux secours que sa fille avait été renversée par une voiture qui avait pris la fuite. Mais aussi pour des violences habituelles sur ses enfants, non-assistance à personne en danger, non-empêchement de crime : "Le but de Madame c'est de dire les choses telles qu'elles se sont passées, explique l'avocate de la mère de Kléony, Maître Messaouda Yahiaoui. Elle ne s'est jamais dérobée. Son but, c'est de dire la vérité, elle la doit à ses enfants, elle la doit à cette petite fille de 4 ans qui a malheureusement disparu", conclut l'avocate.

Le procès doit durer jusqu'à ce vendredi 25 juin devant les Assises de la Somme à Amiens. Le procès pourrait avoir lieu à huis clos, à la demande d'une partie civile.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu