Infos

Meurtre de Laurède : le fils n'a pas encore été entendu mais il a reconnu avoir tué sa mère

Par Nelly Assenat, France Bleu Gascogne mardi 13 septembre 2016 à 18:05

L'enquête se poursuit après le meurtre atroce de Laurède dans les Landes
L'enquête se poursuit après le meurtre atroce de Laurède dans les Landes © Maxppp - Le Lievre Nicolas

Trois jours après le drame atroce de Laurède (Landes), les enquêteurs n'ont toujours pas pu entendre officiellement Hugo Mazé, suspect n°1 du meurtre de sa mère. Le jeune homme de 29 ans a toutefois déclaré à plusieurs reprises avoir tué Paule Aimée Mazé dans leur maison de Laurède.

L'enquête se poursuit après le meurtre atroce de Laurède (Landes) et elle devrait probablement durer encore longtemps.

Trois jours après les faits et la découverte du corps mutilé de Paule Aimée Mazé dans sa maison de Laurède, son fils Hugo Mazé reste l'unique suspect. Le jeune homme de 29 ans n'a pas pu être officiellement entendu par les enquêteurs car il est toujours interné à l'hôpital psychiatrique Sainte-Anne de Mont-de-Marsan pour de graves troubles psychiatriques,  probablement de schizophrénie.

La schizophrénie fortement envisagée

Le procureur de la république de Dax Jean-Luc Puyo annonce que Hugo Mazé aurait fait l'objet de plusieurs hospitalisations par le passé, ce qui doit encore être confirmé par l'enquête et par l'expertise psychiatrique que le procureur va demander dans les heures qui viennent.
 Hugo Mazé était trop agité lors de son interpellation pour être auditionné. Désormais il faudra que les enquêteurs et les médecins trouvent le moment adéquat où le jeune homme sera lucide (sans médicament) et calme pour procéder à un interrogatoire.

Il a avoué mais pas en audition

En attendant Hugo Mazé a quand même reconnu au moins à deux reprises avoir tué sa mère ce samedi 10 septembre 2016. Tout d'abord, lors d'un entretien téléphonique avec une amie très proche de sa mère à qui il a dit "qu'il s'était disputé avec sa mère et qu'elle ne reviendrait pas", avant de dire "qu'il l'avait tuée", explique le procureur de la République. Une déclaration réitérée lors de l'arrivée des gendarmes sur place et de son interpellation.

Plusieurs coups au coeur à l'arme blanche

L'autopsie du corps de Paule Aimée Mazé a duré plusieurs heures ce lundi 12 septembre à l'institut médico-légal de Bordeaux. Il en ressort que le corps a reçu plusieurs coups au coeur portés à l'arme blanche. Cependant, le geste fatal n'a pu être déterminé avec précision, des analyses complémentaires sont en cours. Le corps de la victime a aussi été découpé et brulé en partie.

Discernement aboli ?

Désormais le procureur de la république de Dax compte beaucoup sur une audition d'Hugo Mazé pour obtenir des éclaircissements sur les conditions du meurtre et sur les raisons qui ont poussé au drame.

Paule Aimée Mazé avait un autre fils, mais elle vivait seule avec son fils Hugo. Leur père est décédé en 2014. Il semblerait que Paule Aimée Mazé ait alerté ces derniers mois sur son épuisement face aux crises de son fils.

Dans d'autres affaires criminelles, des suspects n'ont jamais été jugés car les expertises psychiatrises ont abouti à la conclusion que le discernement du meurtrier présumé était "aboli" au moment des faits. Ce fut le cas pour l'affaire Romain Dupuy (meurtre des infirmières de Pau). C'est ce que devra décider la ou les expertises psychiatriques à venir dans ce drame de Laurède.

Partager sur :