Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

INTERVIEW - Meurtre de Malesherbes : "j'ai beaucoup plus de questions que de réponses", explique le procureur adjoint

-
Par , France Bleu Orléans

Le procureur adjoint de la République d'Orléans, Alain Leroux, fait le point sur l'enquête en cours, après le meurtre d'une mère de famille de 22 ans, mercredi à Malesherbes (Loiret). Son mari est mis en examen pour meurtre aggravé (entre autres) et incarcéré. Mais il nie toujours et reste muet.

Alain Leroux, procureur adjoint de la République d'Orléans
Alain Leroux, procureur adjoint de la République d'Orléans © Radio France - Antoine Denéchère

Orléans, France

Après la mort d'une femme de 22 ans dans la nuit de mardi à mercredi à Malesherbes, dans le Loiret, son mari a été placé en détention provisoire et mis en examen ce vendredi pour meurtre sur conjoint et destruction volontaire par moyen dangereux.  Cet homme de 22 ans est soupçonné d'avoir égorgé son épouse, puis d'avoir mis le feu à leur appartement. Mais le suspect continue de nier les faits et est resté quasiment muet devant les enquêteurs et les juges. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

L'arme du crime, un objet tranchant, n'a pas été retrouvée par les gendarmes de la section de recherches d'Orléans, saisis de l'enquête. Les pompiers ont été appelés par des voisins à 1h30 du matin ce mercredi pour un incendie dans l'appartement située au 13 rue de Soisy, à Malesherves : le père de famille était sorti dehors, avec le bébé de deux mois et demi dans les bras, mais son épouse a été retrouvée morte, allongée au sol dans le salon, près du canapé en feu. L'autopsie pratiquée jeudi a révélé qu'elle est probablement morte égorgée.

Le procureur adjoint de la République, Alain Leroux, fait le point sur l'enquête pour France Bleu Orléans

Alain Leroux : "C'est une affaire dans laquelle j'ai beaucoup plus de questions que de réponses. Ce monsieur est parfaitement inconnu de la justice, tout comme la victime. C'était un peu "Monsieur et Madame tout le monde", ils étaient mariés, ils avaient un petit garçon de deux mois et demi, ils étaient insérés et avaient un travail."

Que savez-vous à ce stade ?

Alain Leroux : "Monsieur revient du travail mardi soir, tard, et il se passe quelque chose que nous n'expliquons pas encore. C'est la raison pour laquelle nous avons besoin d'une information judiciaire [ouverte mercredi] : il n'y a rien, _pas de prémices, pas d'éléments qui puissent nous alerter sur un acte aussi grave_, contrairement à d'autres cas où on savait qu'on avait des violences habituelles, de l'alcool, des stupéfiants. Donc a vraiment des questions."

Qu'a dit le suspect lors de sa garde à vue ?

Alain Leroux : "Le suspect a commencé dans ses déclarations à nous laisser entendre que le meurtre pourrait être l'intervention d'un tiers. Mais quand on regarde la chronologie des faits, le timing, on se demande comment un tiers pourrait être intervenus, ça nous laisse pantois. Donc il reste le principal suspect de ce meurtre, celui qui était là à ce moment là."

Comment se comporte-il ?

Alain Leroux : "Après ces quelques mots, il ne dit rien devant les gendarmes et les magistrats instructeurs, c'est très étonnant. _Il garde le silence_, il a quelques mimiques : cela nous interpelle et on ne sait ni l'expliquer ni l'interpréter".

L'association "Nous Toutes" estime que ce meurtre est le 91ème féminicide en France en 2019 : qu'en pensez-vous ?

Alain Leroux : "Féminicide, c'est une notion assez récente en France. Juridiquement, c'est avant tout un homicide puisqu'il s'agit de porter atteinte à l'intégrité physique de la personne humaine, que ce soit un homme ou d'une femme, dans des circonstances aggravées, puisque il s'agit d'un conjoint. Maintenant, il s'agit d'une femme, c'est sûr : on peut imaginer que dans une conception moins juridique et plus d'ordre social, on y voit un féminicide, c'est-à-dire _une atteinte à la femme, à sa condition de femme_, mais je n'ai pas à ce stade de l'enquête tous les éléments qui me permettraient de caractériser cette situation, je reste encore prudent."

Choix de la station

France Bleu