Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Meurtre de Mamoudou Barry près de Rouen : le suspect mis en examen

C'est une information révélée par nos confrère du Parisien, l'homme soupçonné d'avoir tué Mamoudou Barry le 29 juillet dernier à Canteleu, près de Rouen a été mis en examen le 30 janvier dernier. Une agression "raciste" selon la justice.

"Halte au racisme" et "Justice pour Docteur Mamoudou Barry" ont scandé les participants de la marche blanche.
"Halte au racisme" et "Justice pour Docteur Mamoudou Barry" ont scandé les participants de la marche blanche. © Radio France - Christine Wurtz

Six mois après le meurtre de Mamoudou Barry à Canteleu, près de Rouen, son agresseur, Damien Aktas, 30 ans, a été mis en examen le 30 janvier dernier pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Une information révélée par le journal Le Parisien. 

Dans cette affaire, la justice a également retenu le caractère raciste de l'agression. Pour l'avocat de la famille de Mamoudou Barry, Maître Antoine Vey, c'est une bonne chose. Contacté par France Bleu Normandie, il souligne que "au moment où il a frappé à mort Monsieur Barry, Damien Aktas a proféré des insultes à caractère raciste, ce qu'il n'a d'ailleurs pas nié lors de son audition".

Mamoudou Barry, jeune universitaire rouennais de 31 ans, avait été battu à mort le 19 juillet dernier devant un abri de bus à Canteleu, près de Rouen. Une agression qui avait suscité une vive émotion. 

Identifié grâce aux images de vidéosurveillance, Damien Aktas avait été interné pour troubles psychiatriques.

L'enquête devra déterminer s'il est responsable pénalement et s'il pourra ou non être jugé devant une cour d'assises. Toujours selon Maître Vay, la question se pose. Il souligne que le mis en examen "dit qu'il  était bien et conscient au moment des faits et qu'il a déjà fait l'objet de plusieurs condamnations pénales qui n'ont jamais retenu l'abolition du discernement". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess