Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre de Mélodie Massé à Ustaritz : Cédric Bernasconi condamné à la prison à perpétuité

La Cour d'Assises de Pau a condamné ce vendredi Cédric Bernasconi pour le viol et le meurtre de Mélodie Massé en septembre 2017 à la prison à perpétuité.

Cédric Bernasconi, le 23 septembre 2019.
Cédric Bernasconi, le 23 septembre 2019. © Maxppp - Quentin TOP

Pyrénées-Atlantiques, France

Cédric Bernasconi a été reconnu coupable ce vendredi du viol et du meurtre de Mélodie Massé, jeune femme enceinte de 8 mois au moment des faits, en 2017. L'homme, un marginal sans domicile fixe de 40 ans, a été condamné à la prison à perpétuité. S'il sort un jour de prison, Cédric Bernasconi aura un suivi socio-judiciaire de 10 ans. 

Ce vendredi matin, le parquet avait requis la perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans.

Schizophrène mais conscient de son acte

L'homme, bien que schizophrène, a donc pu être jugé et condamné. Pour plusieurs experts entendus durant ces cinq jours d'audience, Cédric Bernasconi, était conscient de son acte, ce soir de septembre 2017, à Ustaritz. Lors de l'instruction, Roland Coutanceau, expert judiciaire et ponte de la psychiatrie légale avait conclu à une altération, mais pas à une abolition du discernement. Une absence totale de discernement aurait rendu impossible la tenue du procès. 

L'expert, qui avait déjà examiné Cédric Bernasconi au moment de son arrestation, avait estimé que l'homme n'était pas en plein délire, lorsqu'il a violé et tué l'élève infirmière. Même atténuée, sa responsabilité était donc engagée. "Le sujet explique très bien qu'il était là pour voler", a détaillé le psychiatre devant les jurés. "Il n'était pas au moment des faits en situation délirante. Il évoque ensuite une tentation et restitue de manière assez lisible comment il a agressé."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu