Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Meurtre de Montferrier-sur-Lez : le suspect avoue et évoque un cambriolage qui aurait mal tourné

dimanche 27 novembre 2016 à 17:22 Par Romain Berchet, France Bleu Hérault et France Bleu

L'homme de 47 ans suspecté d'avoir tué une lingère jeudi soir à Montferrier-sur-Lez (Hérault) est passé aux aveux dimanche au cours de sa garde à vue. Il évoque un cambriolage qui aurait mal tourné dans la maison de retraite. Ses motivations restent floues.

La maison de retraite "Les chênes verts" à Montferrier-sur-Lez
La maison de retraite "Les chênes verts" à Montferrier-sur-Lez © Maxppp -

Montferrier-sur-Lez, France

Le suspect du meurtre de Montferrier-sur-Lez a avoué devant les enquêteurs. L'homme de 47 ans a reconnu avoir tué une femme de 54 ans dans la maison de retraite jeudi soir. Il a été mis en examen ce dimanche. Une information judiciaire a été ouverte pour meurtre et vol avec arme.

Au cours de sa garde à vue, il a indiqué aux enquêteurs qu'il s'était rendu à la maison de retraite ce jeudi 24 novembre pour "commettre des vols". D'ailleurs le cambriolage était prémédité a-t-il précisé. Il était venu repérer les lieux plusieurs fois ces dernières semaines.

Des lieux qu'il connaissait puisqu'il avait travaillé en 2002 et 2003 dans la maison de retraite Les Chênes verts de Montferrier-sur-Lez.

"J'étais venu pour voler."

Mais le cambriolage aurait mal tourné jeudi soir. Lors de son intrusion dans la maison de retraite, il ligote une aide-soignante puis se dirige vers la buanderie. Selon le suspect, il aurait renouvelé son acte sur une lingère. "Elle a résisté et lui aurait arraché sa cagoule." détaille le procureur de la République de Montpellier. "Il aurait alors décidé de la tuer de peur d'être reconnu", ajoute Christophe Barret.

L'autopsie du corps de la victime, une femme de 54 ans, confirme la mort suite à de nombreux coups "violents" à l'arme blanche selon le procureur.

Sans emploi, l'homme de 47 ans n'avait pas d'antécédents judiciaires. "Une vie familiale stable depuis de nombreuses années", a précisé Christophe Barret, le procureur de la République de Montpellier.

Des motivations floues

Mais les réelles motivations du suspect restent floues. "Il déclare avoir voulu commettre un cambriolage, mais cela peut sembler surprenant : il n'y avait rien à voler dans cet établissement, ni argent, ni objet de valeur", souligne Christophe Barret.