Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre de Montferrier-sur-Lez : un suspect identifié, la piste locale privilégiée

vendredi 25 novembre 2016 à 18:57 - Mis à jour le vendredi 25 novembre 2016 à 12:20 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu

Le procureur de la République a fait ce vendredi matin le point sur l'enquête après l'assassinat d'une employée de la maison de retraite de Montferrier-sur-Lez (Hérault). Un suspect a été identifié et aucun lien n'a pu être établi avec le terrorisme. La piste locale est privilégiée.

Contrôle de gendarmerie aux abords de la maison de retraite de Montferrier-sur-Lez
Contrôle de gendarmerie aux abords de la maison de retraite de Montferrier-sur-Lez © Maxppp -

Montferrier-sur-Lez, France

Le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret, a fait ce vendredi matin un point sur l'enquête après la mort d'une lingère de la maison de retraite des Missions africaines de Montferrier-sur-Lez, qui héberge des religieux, des religieuses et quelque laïcs.

La gendarmerie a été alertée jeudi vers 21h30 : une aide soignante raconte qu'elle a été agressée par un homme qui l'a ligotée et laissée sur place. Elle a pu se libérer pour alerter les secours.

Dans la lingerie, les gendarmes découvrent alors le corps de la lingère, tuée de plusieurs coups de couteau. La femme, âgée de 54 ans, travaillait depuis plusieurs années dans l'établissement. Une autopsie sera réalisée dans la journée de vendredi.

L'aide soignante qui a donné l'alerte a elle été très légèrement blessée. Elle est extrêmement choquée. Aucun pensionnaire n'a été blessé.

Une arme factice retrouvée dans une voiture

La fouille de l'établissement n'a pas permis de retrouver le meurtrier. Une enquête a été ouverte pour assassinat et tentative d'assassinat.

Non loin de la maison de retraite, un véhicule a été retrouvé. À l'intérieur, une arme de type Airsoft, une réplique qui tire des billes d'acier. D'autres éléments qui ont permis d'identifier un suspect ont également été retrouvés. Le procureur de la République n'a pas souhaité donner d'autres précisions pour ne pas nuire à l'enquête.

La piste locale privilégiée, aucun lien avec le terrorisme

Mais il a précisé que si les motivations étaient encore inconnues, la piste locale est privilégiée et aucun élément ne permet de rattacher les faits à du terrorisme islamiste. L'interpellation est maintenant une priorité.

Le procureur de Montpellier

Un homme potentiellement dangereux

Quelque 130 gendarmes et policiers sont mobilisés pour tenter de retrouver le suspect. Un hélicoptère, déjà engagé dans la nuit, est de nouveau sur zone depuis le lever du jour ce vendredi.

"Cet homme reste dangereux. S'il était repéré, il faut appeler le 17 et ne pas tenter de l'interpeller soi-même." - Général Jean-Philippe Lecouffe.

L'archevêque de Montpellier Pierre-Marie Carré s'est rendu au chevet des pensionnaires de la maison de retraite ce vendredi matin, des moines retraités forcément choqués : "J'ai rencontré des gens qui ont été réveillés par l'intervention des gendarmes pendant la nuit. Parfois c'était un peu musclé : ils ont fracturé certaines portes. Là, (les pensionnaires) ont pu retourner dans leurs chambres."

Pierre Marie Carré, l'archevêque de Montpellier

Le procureur de la République Christophe Barret - Radio France
Le procureur de la République Christophe Barret © Radio France