Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre de Patricia Bouchon : le suspect renvoyé devant les assises

jeudi 15 février 2018 à 10:43 - Mis à jour le jeudi 15 février 2018 à 11:45 Par Jean-Marc Perez, Stéphanie Mora et Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie et France Bleu

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse renvoie devant la cour d'assises le seul suspect dans l'affaire du meurtre de Patricia Bouchon, la joggeuse tuée à Bouloc (Haute-Garonne) en février 2011. Le parquet général avait requis un non lieu.

Patyricia Bouchon la joggeuse assassinée en février 2011
Patyricia Bouchon la joggeuse assassinée en février 2011 - @familleBouchon

Toulouse, France

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse renvoie Laurent Dejean devant la cour d'assises contre l'avis du parquet général qui avait requis un non lieu pour le seul suspect dans l'affaire du meurtre de Patricia Bouchon, une joggeuse tuée  2011 à Bouloc au nord de la Haute-Garonne.

"Un soulagement" pour la famille

Lors de l'audience le 18 janvier, l'avocat général avait estimé qu'il n'existait pas dans le dossier d'instruction de 50 000 pages d'éléments matériels et de témoignages suffisants pour renvoyer devant la cour d'assises le suspect incarcéré depuis février 2015. Il avait requis un "non lieu". Une décision vécue douloureusement par la famille de Patricia Bouchon qui accueille ce renvoi devant les assises comme une première victoire.

C'est un gros soulagement ! On a passé quelques semaines difficiles, c'était incompréhensible pour nous. C'est le début d'un nouveau combat. On se dit que peut-être la parole de Mr Dejean va se libérer et puis qu'on va enfin faire la lumière pour ma mère... C'est pour elle tout ça." — Carlyne Bouchon, sa fille

Carlyne Bouchon, la fille unique de la victime, espère que le procès permettra de "connaître la vérité" - Radio France
Carlyne Bouchon, la fille unique de la victime, espère que le procès permettra de "connaître la vérité" © Radio France - Stéphanie Mora

La soeur de Patricia Bouchon, Sandra Damasio, parle elle "d'apaisement". Il faut dire que le non-lieu requis par le parquet a été un choc. "On ne s'y attendait pas du tout. C'était une grosse surprise et on ne comprenait pas. On ne comprend toujours pas."

"Ce n'était pas envisageable", dit-elle de penser que le suspect, Laurent Dejean, puisse sortir de prison. Il est incarcéré depuis février 2015. 

Réécouter l'interview de Sandra Damiano avec Bénédicte Dupont de France Bleu Occitanie, le 16 février 2018

Sandra Damiano, invité de France Bleu Occitanie le vendredi 16 février 2018

"Une justice extraordinaire"

La chambre d'instruction de la cour d'appel de Toulouse estime "qu'il y a des charges suffisantes contre Laurent Dejean". 

Du côté de la famille de Patricia Bouchon, on estime que la durée de l'enquête et les preuves accumulées "laissent _peu de place au doute_", comme le souligne Carlyne Bouchon. 

À l'inverse, Me Guy Debuisson, l'avocat du plaquiste incarcéré depuis quatre ans, regrette que son client fasse office de _"coupable idéal"_. Et d'ajouter : "devant les assises l'avocat général sollicitera l'acquittement de Laurent Dejean. Nous vivons une justice extraordinaire !".

Un suspect interpellé quatre ans plus tard

Patricia Bouchon avait disparu le 14 février 2011 au petit matin alors qu'elle effectuait son jogging à Bouloc à une  vingtaine de kilomètres au nord de Toulouse. Son corps avait été retrouvé un mois et demi plus tard dans une commune voisine. Laurent Dejean, un habitant de Bouloc aujourd'hui âgé de 37 ans, avait été interpellé  quatre ans plus tard.

Un procès en 2019?

Il y aura donc bien un procès aux assises. Selon Sandra Damiano, "il faudra compter une bonne année" avant qu'il ne se tienne. S'il a lieu en 2019, cela veut dire qu'il se sera écoulé huit ans depuis la découverte du corps de Patricia Bouchon. " C'est long, c'est très très long", dit sa sœur.  

Sandra Damiano espère que le procès aux assises révélera la vérité. - Radio France
Sandra Damiano espère que le procès aux assises révélera la vérité. © Radio France - Bénédicte Dupont

Nos avocats auront beaucoup de travail cette année; pour nous ce sera assez calme mais ça sera l'occasion de se préparer émotionnellement car (le procès) sera difficile. 

Sandra Damiano espère que Laurent Dejean parlera lors du procès, elle aimerait "qu'il dise réellement ce qui s'est passé. On veut avoir des explications pour faire notre deuil, connaître la vérité et comprendre."