Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre de Patricia Bouchon : "Mon client sera libre le 29 mars, après le procès", promet l’avocat de l’accusé

lundi 11 mars 2019 à 3:53 Par Sandrine Morin, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le jeudi 14 mars débutera à la cour d’assises de Haute-Garonne, le procès de Laurent Dejean. Il est accusé d’avoir tué Patricia Bouchon, une femme de 49 ans, qui faisait du jogging à Bouloc. L’avocat de l’accusé estime que la justice n’a rien contre son client et qu’il sera acquitté.

"Ce genre de comparution en cour d’assises, pour quelqu’un qui est innocent, cela me parait énorme en 2019" tempête Maître Debuisson.
"Ce genre de comparution en cour d’assises, pour quelqu’un qui est innocent, cela me parait énorme en 2019" tempête Maître Debuisson. © Maxppp -

Toulouse, France

Connaîtra-t-on la vérité sur la mort de Patricia Bouchon, une secrétaire de 49 ans retrouvée morte en 2011 alors qu’elle faisait son jogging à Bouloc à 4h20 du matin ? En tout cas, l’unique suspect de ce dossier va comparaître après huit ans d’enquête à partir du 14 mars devant la cour d'assises de la Haute-Garonne. Arrêté trois ans après les faits, il a toujours clamé son innocence. Son avocat, Maître Guy Debuisson estime que son client doit être acquitté.  "Mon client sera libre le 29 mars. Il ne peut pas en être autrement", promet l’avocat une semaine avant la début du procès. 

Erreur judiciaire

Laurent Dejean a été mis en examen pour homicide volontaire en 2014. Il est placé depuis en détention. En janvier 2018, le parquet général avait requis un non-lieu dans cette affaire. Mais la chambre d'instruction de la cour d'appel de Toulouse a toutefois décidé la tenue d'un procès.  Incompréhensible pour la défense. "C’est exceptionnel. C’est arrivé deux fois dans ma carrière. Ce sera encore une nouvelle erreur judiciaire", tempête Maître Debuisson "Ce genre de comparution en cour d’assises pour quelqu’un qui est innocent, cela me paraît énorme en 2019."

Lors de l'enquête, le suspect a été conduit sur les lieux.   - Maxppp
Lors de l'enquête, le suspect a été conduit sur les lieux. © Maxppp -

Absence de preuves matérielles 

L’avocat énumère ensuite toutes les incohérences et l’absence de preuves dans le dossier d’instruction. "D’abord, cette jeune femme a été tuée dans des conditions de violences inouïes. On a retrouvé des traces de sang sur 100 mètres. Une boucle d’oreille et des cheveux ont été arrachés. On a retrouvé sur la victime un ADN mais ce n’est pas celui de Laurent Dejean. Ensuite, on a aussi parlé d’un véhicule. Si c’était Laurent Dejean, on n’a aucun rapport entre son véhicule et la mort de Patricia Bouchon". 

"On a également des personnes, des témoins, qui ont entendu des hurlements la nuit du meurtre. 'Excuse-moi, excuse-moi'. La personne qui a commis ce crime connaît donc la victime. Et ce n’est pas le cas de Dejean. On a aussi comparé la voix de mon client à la voix qu’ils ont entendue. Et les témoins disent que ce n’est pas du tout la même voix ."

L'auteur présumé est actuellement hospitalisé. Son avocat parle d’une "décompensation" qu’il estime liée aux quatre années de détention de son client. Mais il pense qu'il fera tout pour être là au procès.