Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre de Priscillia à Estagel : les gendarmes lancent un appel à témoins

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Le corps sans vie de la jeune fille avait été découvert le 7 juillet dernier dans le cimetière d’Estagel (Pyrénées-Orientales) au lendemain de la soirée du bal des pompiers. Les gendarmes de la section de recherche de Montpellier en charge de l'enquête lancent un appel à témoins ce mercredi.

Priscillia a été retrouvée morte le 07 juillet 2019 à Estagel
Priscillia a été retrouvée morte le 07 juillet 2019 à Estagel © Radio France - Gendarmerie nationale

Estagel, France

Les gendarmes de la section de recherches de Montpellier ont lancé ce mercredi un appel à témoins dans le cadre du meurtre d'une adolescente handicapée, le 7 juillet à Estagel. Le corps de la jeune fille de près de 18 ans avait été retrouvé dans le cimetière de la commune. Elle était portée disparue depuis la veille, après avoir participé au bal des pompiers de la commune.   

Un mois après les faits, les gendarmes en charge de l'enquête recherchent "les personnes qui ce soir-là ont vu la victime (...) ou qui détiennent des vidéos, photographies de la soirée ou qui souhaitent communiquer des informations peuvent contacter les enquêteurs au 06.27.43.50.34."   

Un profil ADN identifié

L'adolescente avait été tuée à l'arme blanche, par des coups portés au niveau du cou. Son corps présentait également des traces d'agressions sexuelles et un profil ADN masculin avait été identifié, une dizaine de jours après le meurtre. Une information judiciaire a été ouverte le 17 juillet pour "homicide volontaire avec arme commis sur une personne vulnérable" et "agression sexuelle commise à l'aide ou sous la menace d'une arme sur personne vulnérable".