Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre de Riorges : 30 ans de réclusion criminelle pour l'étranglement et l'éviscération de sa femme

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

L'homme de 38 ans a été reconnu coupable d'avoir étranglé et éviscéré sa femme en novembre 2014 à Riorges. C'est un soulagement pour les proches de la victime et la conclusion d'un procès "uniquement à charge" selon l'avocate de ce père de deux enfants.

Le procès aura duré trois jours aux assises de la Loire.
Le procès aura duré trois jours aux assises de la Loire. © Radio France - Mathilde Montagnon

Saint-Étienne, France

À l'unanimité de ses membres, les assises de la Loire ont reconnu cet homme de 38 ans coupable d'avoir tué sa femme il y a deux ans dans la commune de Riorges. Une peine de 30 ans dé réclusion criminelle a été prononcée ce mercredi sur les coups de 18 heures.

Dès l'annonce du verdict, les proches de la défunte ont éclaté en sanglots. "Preuve d'un grand soulagement" selon leur avocat Maître Mallem. Pendant les trois jours de procès, ils ont ressassé des scènes plus glauques les unes que les autres. De l'éviscération de la victime, à la disparition mystérieuse du tatouage qu'elle avait sur le ventre, en passant par le geste qui lui a été fatal : l'étranglement.

Dans le box, l'homme est resté impassible, pas vraiment sonné, mais sans réaction. Un peu plus tôt dans la journée, il avait invoqué une dernière fois devant la cour la déchirure que l'éloignement allait représenter pour ses enfants, âgés de 6 et 10 ans. Son avocate, maître Pibarot, espérait que le tribunal allait considérer ce meurtre comme un crime principalement passionnel. La peine aurait pu être réduite à 20 ans selon elle. Cela n'a pas été le cas. Après ce verdict, elle dénonce un "procès exclusivement à charge" et estime que le tribunal et les avocats des parties civiles ont présenté "un homme manipulateur alors qu'il ne s'agit que d'un pauvre type".

Il a désormais 10 jours pour faire appel. Son avocate le lui déconseille fortement. "Il a besoin de se reconstruire" explique-t-elle.

Choix de la station

France Bleu