Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Faits divers – Justice

Meurtre de Tarbes : l'incompréhension de la famille de Joël Balmé

mercredi 6 juin 2018 à 18:15 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu Drôme Ardèche

La famille de la victime réagit ce mercredi par la voix de ses avocats, après le placement en garde à vue de trois personnes dans l'enquête sur l'assassinat de Joël Balmé. La piste de la vengeance froide se confirme.

Maitres Loréa Chipi et Thierry Sagardoytho, les avocats de la famille de Joël Balmé
Maitres Loréa Chipi et Thierry Sagardoytho, les avocats de la famille de Joël Balmé © Radio France - Daniel Corsand

Tarbes

Deux des trois personnes interpellées dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Joël Balmé, le 31 janvier à Tarbes, sont toujours en garde à vue ce jeudi matin. Joël Balmé, 59 ans, a été abattu de plusieurs coups de feu à la fenêtre de sa maison du 47 rue du Corps Franc Pommies. Deux hommes et une femme ont été interpellés dans la Drôme ce mardi matin, elle a été relâchée ce mercredi. Ils ont 33, 32 et 21 ans. Le mobile semble être dans l'histoire de la victime. C'est une vengeance liée au passé judiciaire de Joël Balmé.

Une affaire d'inceste

Une vengeance froide, vingt ans après. Joël Balmé a été condamné dans les années 2000 dans la Drôme pour des attouchements sur sa fille. Il a purgé 6 ans de prison dans cette affaire. Il était donc sorti de prison depuis 11 ans, vivait à Tarbes depuis, travaillait en CDI et n'a jamais refait parler de lui. Parmi les gardés à vue, il y a le demi-frère de cette enfant. Il a 33 ans aujourd'hui. 

On dit souvent que la vengeance est un plat qui se mange froid. Force est de constater qu'au regard de l'ancienneté du mobile présumé, ce n'est plus un plat froid mais une vengeance terriblement glacée — L'avocat des enfants de Joël Balmé

Me Thierry Sagardoytho, l'avocat des enfants de Joël Balmé

Une expédition punitive

C'est donc ce demi-frère qui a organisé cette expédition punitive. Il a été interpellé avec sa compagne âgée de 32 ans, qui elle est sortie de garde à vue mercredi. Il aurait reconnu les faits. Ce dernier a un casier judiciaire, sans toutefois appartenir au grand banditisme. L'autre homme est plus jeune. Il a 21 ans. Il est soupçonné d’être de l'expédition mortelle de Tarbes le 31 janvier dernier. Lui est connu de la justice pour des affaires de drogue, sans être non plus du grand banditisme. Il aurait fourni la voiture volée qui a servi au déplacement. C'est lui aussi qui se serait procuré l'arme :  un pistolet 9 millimètres, le genre d'arme qu'on ne trouve pas chez monsieur tous le monde. Les deux suspects sont déférés ce jeudi devant la juge d'instruction de Pau chargée d'enquêter sur cet assassinat. 

C'est une violence inouïe pour ses proches. Ce qui les accable, c'est de penser qu'une vengeance a pu couver pendant autant d'années et se muer en règlement de compte — Me Loréa Chipi 

Me Loréa Chipi intervient pour les frères et sœurs de Joël Balmé