Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre du canal de Bourgogne à Migennes : un suspect interpellé en Espagne

-
Par , France Bleu Auxerre

Un peu plus d'un mois après la découverte d'un corps dans le canal de Bourgogne, à Migennes, un suspect a été interpellé en Espagne. Un Français, présenté comme un marginal, qui devrait être rapatrié en France d'ici une quinzaine de jours, en vue d'être entendue par un juge d'instruction.

Un suspect a été interpellé en Espagne, suite à un mandat d'arrêt européen
Un suspect a été interpellé en Espagne, suite à un mandat d'arrêt européen © Radio France

Migennes, France

C'était il y a un peu plus d'un mois, le 17 août. Le corps d'un homme avait été retrouvé, les poings liés, dans le canal de Bourgogne, à Migennes. La victime avait 22 ans et était originaire de l'Aube. L'enquête progresse : un suspect a été interpellé mardi en Espagne, suite à un mandat d'arrêt européen. L'homme est un Français âgé de 23 ans. Il a été arrêté dans la province de Grenade, en Andalousie.

Il était avec la victime quelques heures avant la mort

Le suspect aurait fréquenté la victime quelques heures avant sa mort. Selon nos informations, l'homme est sans domicile fixe et est présenté comme un marginal. Il était hébergé au CHRS à Migennes, le Centre d'Hébergement et de Réinsertion sociale de la Croix-Rouge. Il pourrait avoir agi sous l'emprise de l'alcool et des stupéfiants, lors d'une soirée qui a dégénéré. Des éléments très lourds pèsent contre lui, recoupés par des analyses ADN, des témoignages, des caméras de vidéosurveillance.

Rapatrié d'ici une quinzaine de jours pour être présenté à un juge d'instruction

"C'est un témoin important", d'après la procureur de la République d'Auxerre, Sophie Macquart-Moulin, qui souligne que l'homme n'est pas mis en examen et qu'il n'a pas encore été entendu sur les faits. Il devrait être rapatrié, d'ici quinze jours à un mois, et présenté à un juge d'instruction français.

Choix de la station

France Bleu