Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre du quartier Saragosse à Pau : l'expertise qui change tout

-
Par , France Bleu Béarn

INFO FRANCE BLEU BEARN : une contre-expertise médico légale dit que l'agression violente a bien causé la mort de Bely Nébié. Un premier rapport il y a quelques mois avait évoqué une mort naturelle. L'enquête repart sur des bases criminelles.

La scène de crime
La scène de crime © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Il y a quasiment un an, le 18 mai 2018, Bely Nébié, 32 ans était retrouvé mort dans le parc du quartier Saragosse. Au pied du mur de la caserne des pompiers.  En fin d'après midi, devant des dizaines de témoins, il a été roué de coup par une bande de jeunes et de très jeunes du quartier. 

Depuis ces faits, trois jeunes ont été arrêtés et mis en examen. Deux sont mineurs et un est majeur. Ils ont tous les trois reconnu avoir frappé Bely Nébié, mais sans porter de coups potentiellement mortels.  La première expertise d'un médecin légiste, demandée par la juge d'instruction, a conclu que Bely Nébié est mort d'un œdème pulmonaire sans lien direct avec les coups qu'il a reçu. Une analyse qui a poussé d'ailleurs la justice à relâcher les trois jeunes sous contrôle judiciaire.

Une contre expertise a été demandée par le magistrat instructeur, et cette dernière, qui vient d’être rendue, raconte tout autre chose : Bely Nébié est bien mort d'un œdème pulmonaire, mais celui ci a très bien pu être provoqué par l'agression, et notamment le stress qu'elle a engendré.

Cette contre expertise est conforme à ce que je pensais depuis le début—L'avocate de la famille Nébié

"Il aurait été surprenant que le décès ne soit pas en lien avec ce déchaînement de violences" - Radio France
"Il aurait été surprenant que le décès ne soit pas en lien avec ce déchaînement de violences" © Radio France - Daniel Corsand

Me Alexandrine Barnaba, l'avocate de la famille Nébié

Vers une troisième expertise

Les deux rapports de légiste différent sur un point crucial : le lien de causalité direct entre ce déchaînement de violence et la mort de Bely Nébié. Pour faire simple, le premier rapport dit que ce lien n'est pas acquis. Le second dit l'inverse. Le magistrat instructeur va sans doute demander un troisième avis pour arbitrer ce dilemme scientifique. En tous cas c'est ce que souhaite Maître Christophe Arcaute qui défend un des deux mineurs mis en examen. 

L'enjeu est très important. Soit j'assiste un mineur devant un tribunal pour enfant, soit vous vous retrouvez devant la cour d'assises des mineurs. L'enjeu par rapport à la peine de prison est diamétralement opposé—Me Christophe Arcaute, avocat d'un des suspects

Me Arcaute défend un des deux mineurs mis en examen - Radio France
Me Arcaute défend un des deux mineurs mis en examen © Radio France - Daniel Corsand