Faits divers – Justice

Meurtre à Figuerolles : le suspect mis en examen pour assassinat

Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault lundi 30 janvier 2017 à 20:33

Une information judiciaire ouverte pour assassinat après le meurtre de Figuerolles samedi soir à Montpellier
Une information judiciaire ouverte pour assassinat après le meurtre de Figuerolles samedi soir à Montpellier © Radio France -

L'homme de 30 ans qui s'est constitué prisonnier samedi matin a été mis en examen pour meurtre avec préméditation et incarcéré. Il reconnaît être à l'origine des coups de feu qui ont fait un mort vendredi soir dans le quartier Figuerolles à Montpellier.

Deux jours après les coups de feu mortels survenus rue du Faubourg de Figuerolles à Montpellier, l'auteur des faits est en prison, mis en examen pour homicide volontaire.

Il reconnaît les tirs, mais dit avoir visé au hasard dans la vitrine d'une épicerie de nuit, pour se venger d'un mauvais regard.

Complètement ivre à son arrivée au commissariat

Les policiers ont dû attendre des heures avant de l'interroger samedi. Cet homme de 30 ans était complètement ivre quand il s'est rendu au commissariat à l'aube, avouant être l'auteur des tirs mortels survenus vers 1h30 du matin. Il est resté en cellule de dégrisement une partie de la journée, jusqu'à ce que les enquêteurs puissent enfin l'entendre.

La victime tuée d'une balle dans le cœur

Récit décousu. Il dit ne pas se rappeler de tout. Il aurait eu un coup de sang parce que la victime ne l'avait pas salué ce soir là. Un mauvais regard... "Lui dit un différent anodin" rapporte le procureur de Montpellier, Christophe Barret. "Il dit qu'il était alcoolisé, il s'est énervé, il avait un fusil (dans sa voiture NDRL), il s'en est emparé et a tiré". Tiré au hasard depuis la rue, à travers la vitrine de l'épicerie.

Les analyses affinées de la balistique ont montré qu'il y avait eu deux coups de fusil - des tirs de balles destinées normalement à la chasse au gros gibier - dont un avait atteint la victime, en plein cœur. Il est mort sur place. Ni la police ni les pompiers n'ont réussi à le ranimer.

"Il s'est énervé, il avait un fusil, s'en st emparé et a tiré". Le procureur Christophe Barret

Les deux hommes ont ce point commun d'avoir chacun un casier judiciaire plutôt chargé. La victime, âgée de 36 ans, avait été condamnée pour plusieurs affaires de trafic de drogue. Le tireur pour de multiples délits routiers. Son mobile reste incertain.

Difficulté supplémentaire dans cette affaire : il s'est rendu ivre, et ce avant même que les enquêteurs n'aient assez de matière pour un interrogatoire serré, explique le patron du SRPJ de Montpellier, Jean-Philippe Fougereau.

"Quand vous avez un suspect qui se présente d'emblée, vous n'avez pas eu le temps d'accumuler les indices et éléments". Jean-Philippe Fougereau, patron du SRPJ

Une information judiciaire est ouverte pour assassinat.