Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Meurtre rue Albert-Maignan au Mans : trois accusés devant la cour d'assises à partir du 28 janvier

mardi 30 octobre 2018 à 19:10 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine

Le procès du meurtre de Frédéric Guittard s'ouvrira le 28 janvier devant la cour d'assises de la Sarthe. Un couple corse, accusé du crime lui-même, et son ex-épouse, accusée de l'avoir commandité, vont comparaître au cours de cette audience fleuve prévue sur deux semaines.

Résidence rue Albert-Maignan
Résidence rue Albert-Maignan © Radio France

Le Mans, France

Qui a tué Frédéric Guittard, l'ancien directeur commercial de la charcuterie Prunier retrouvé mort chez lui le 29 juin 2015 ? C'est la question sur laquelle va plancher la cour d'assises de la Sarthe pendant deux semaines, à partir du 28 janvier. 

Découvert par sa fille, dans son appartement de la rue Albert Maignan, au Mans, l'homme de 51 ans gisait sur un radiateur descellé du mur posé au sol, torse nu, pantalon et sous-vêtements baissés jusqu’aux cuisses. Une scène d'une rare violence, dans un appartement "complètement retourné" d'après les enquêteurs. L’autopsie montrera que la victime avait reçu trois balles de revolver, dont l’une en pleine tête. 

Au mois de janvier suivant, les enquêteurs interpellaient trois personnes : son épouse, avec laquelle il était en instance de divorce, soupçonnée d'avoir commandité le meurtre, ainsi qu'une amie de ladite épouse et le compagnon de celle-ci, tous les deux interpellés en Corse, où ils vivaient. Le couple est soupçonné d'avoir commis le crime. Même si le mobile reste flou, les éléments récoltés par les enquêteurs ont permis de renvoyer ces trois personnes devant la cour d'assises, qui tentera d'éclairer les nombreuses zones d'ombres qui persistent dans cette affaire.