Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Les affaires Fourniret

Meurtres de Joanna Parrish et Marie-Angèle Domèce : l'implication de Michel Fourniret confirmée par son ex-femme

vendredi 8 juin 2018 à 19:12 Par Xavier Demagny et Benoît Jacobo, France Bleu Auxerre, France Bleu Bourgogne, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

L'implication de Michel Fourniret dans les meurtres de Joanna Parrish et Marie-Angèle Domèce a été confirmée vendredi par son ex-femme, Monique Olivier.

Monique Olivier, ex-femme de Michel Fourniret, ici en 2010.
Monique Olivier, ex-femme de Michel Fourniret, ici en 2010. © Maxppp -

Après les aveux de Michel Fourniret en février, Monique Olivier a confirmé l'implication du tueur en série dans les meurtres de Joanna Parrish et Marie-Angèle Domèce, dans l'Yonne à la fin des années 1980 et au début des années 1990. 

Une audition devant la juge d'instruction

Monique Olivier, condamnée à la perpétuité en 2008 pour complicité dans quatre des sept meurtres commis par Fourniret, était entendue depuis mardi. Elle a expliqué devant une juge d'instruction parisienne comment son ex-mari avait violé et tué Joanna Parrish et Marie-Angèle Domèce. La première serait montée à bord de la voiture du couple sur une route près d'Auxerre et Marie-Angèle Domèce à Saint-Cyr-les-Colons. Devant les juges, Michel Fourniret avait confirmé au mois de février avoir croisé la route des deux jeunes femmes et des fouilles avaient été réalisées à Saint-Cyr-les-Colons en mars. 

Monique Olivier n'a plus de raisons de mentir

"Monique Olivier, après dix ans d'incarcération est sortie du carcan de Michel Fourniret, elle n'a plus peur, moins peur de lui. Je pense qu'on peut plus obtenir de paroles de ma cliente aujourd'hui, dix ans plus tard" estime Richard Delgenes, avocat de Monique Olivier, interrogé par France Bleu Auxerre. 

Le conseil de l'ex-femme de Michel Fourniret explique qu'elle a en fait confirmé ses aveux déjà prononcés en 2005, dans lesquels elle avait évoqué les faits sans qu'ils soient nommés et attribués aux affaires Parrich et Domèce. Ces aveux avaient par ailleurs été mis de côté par les juges d'instruction car manquant d'éléments. 

Aujourd'hui âgée de 70 ans, "Monique Olivier a exprimé sa volonté de participer, des paroles sincères sur les victimes, sur leur souhait d'obtenir des réponses et son souhait d'y participer. (...) Elle le doit aux victimes. Je pense que ces dix ans marquent une personne. Elle n'essaie pas de gagner des années de prison, n'est pas dans une démarche de marchandage mais elle était apaisée aujourd'hui" souligne Richard Delgenes.  

Vers un procès en 2019 ?

Les aveux de Monique Olivier ouvrent la voie à un nouveau procès Fourniret, sans doute d'ici la fin de l'année 2019, ou bien début 2020. "Il y a encore du travail pour le magistrat instructeur mais le procès viendra" selon Richard Delgenes.