Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Meuse : une éleveuse subit une attaque de loup à Bonnet

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

Dans la nuit de vendredi à samedi, Cindy Simon, éleveuse de brebis à Bonnet dans le Meuse a découvert le cadavre d'une de ses bêtes. C'est la troisième attaque qu'elle subit en quelques mois.

Une éleveuse a subi une troisième attaque de loup en quelques mois à Bonnet dans la Meuse. (photo d'illustration)
Une éleveuse a subi une troisième attaque de loup en quelques mois à Bonnet dans la Meuse. (photo d'illustration) © Maxppp - Richard RAY

"Elle a été égorgée et elle a été consommée au niveau de la poitrine", décrit d'emblée Cindy Simon joint par France Bleu Sud Lorraine. Dans la nuit de vendredi à samedi, un prédateur s'est introduit dans son exploitation laissant derrière lui un cadavre. "Je me suis dit 'ça y est ça recommence, le prédateur est revenu dans mon troupeau'".

Trois attaques en quelques mois

Cindy Simon s'est installée il y a un peu moins d'un an à Bonnet. "C'est déjà la troisième attaque en quelques mois, trois attaques dans la Meuse et les trois, c'est pour moi", déplore-t-elle. Malgré une clôture renforcée par un fil électrique, elle n'a pu que constater que les dégâts. "Mes bêtes sont en gestation, et ce mercredi je vais les amener faire une échographie, voir si elles sont toujours en gestation ou si elles ont avorté".

Le matin, j'ai toujours l'angoisse de retrouver un nouveau massacre dans mes parcelles. - Cindy Simon, éleveuse à Bonnet

L’éleveuse sera indemnisée. "La brebis avait 3 ans et elle peut faire entre 6 et 7 ans de carrière à la ferme et ces pertes-là ne sont pas prises en compte. C'est contraignant (...) le matin j'ai toujours l'angoisse de retrouver un nouveau massacre dans mes parcelles".

Une enquête de l'Office français pour la biodiversité est en cours. Le rapport mentionne déjà "un grand canidé", le loup.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess