Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Meute d'Azerat en Dordogne : le jugement rendu en juillet sur la limitation du nombre de chiens

-
Par , France Bleu Périgord

Le tribunal correctionnel de Périgueux a jugé ce mercredi 28 avril le non respect de la limitation du nombre de chiens. Le propriétaire avait deux mois et demi pour le faire, il a mis plus d'un an pour y arriver. Le jugement mis en délibéré sera rendu le 7 juillet.

Le jugement sera rendu le 7 juillet prochain.
Le jugement sera rendu le 7 juillet prochain. © Radio France - Theo Caubel

Le jugement mis en délibéré sera rendu le 7 juillet prochain dans une partie de l'affaire de la meute d'Azerat. Le propriétaire des chiens de chasse a été jugé ce mercredi 28 avril pour n'avoir pas réduit assez vite le nombre de ces animaux, de plus de 100 à 45. La préfecture lui avait donné environ deux mois et demi avec une pénalité de 20 euros par jour de retard. Le Périgourdin avait jusqu'au 15 décembre 2019 pour s'y conformer, il a mis un peu plus d'un an pour arriver à une trentaine de chiens. 

Les associations demandent la confiscation de tous les chiens

Deux associations de défense des animaux, la Fondation 30 millions d'amis et One Voice se sont constituées partie civile et demandent la confiscation des chiens et l'interdiction d'exploitation de chenil notamment. 

De son côté, l'avocat du propriétaire des chiens de chasse remet en cause même la constitution partie civile des associations. Par ailleurs, maître Olivier Essombé estime que le jugement ne peut pas être rendu car un recours a été déposé contre l'arrêté qui limite la détention des chiens, il a donc demandé la relaxe de son client

La procureur a elle requis une amende de 1.500 euros à l'encontre du propriétaire des chiens. Le jugement, mis en délibéré, sera rendu le 7 juillet prochain au tribunal de Périgueux.

Une situation contrôlée depuis 2019

L'affaire des chiens d'Azerat remonte à mars 2019 lors l'association One Voice dépose plainte pour notamment acte de cruautés et acte de maltraitance. En septembre 2019, elle diffuse sur les réseaux sociaux des vidéos et des photos des chiens à Azerat. 

En juillet 2019, deux inspecteurs sont venus contrôler, ce n'est pas la première fois qu'ils viennent sur ce terrain. Ils ont estimé que bien que les installations ne soient pas conformes, il n'y avait pas de défaut de soins et les chiens étaient en "bonne condition physique". En septembre 2019, la préfecture de la Dordogne demande la limitation du nombre de chiens dans la meute pour arriver à 45 animaux au maximum. Le 16 décembre, les inspecteurs ont constaté qu'il restait 94 chiens et 17 chiots. C'est pour ce délit de non respect de la mise en demeure que le propriétaire est poursuivi. 

"32, 33 ou 34 chiens"

A l'audience, il explique qu'il lui reste à ce jour "32, 33, 34 chiens" et qu'il "y tiens". Le propriétaire affirme avoir saisi le tribunal administratif de Bordeaux pour contester l'arrêté de limitation. Il déclare que si la limitation de sa meute a mis plus de temps que prévu, c'est "en partie parce que ce sont les services de l'Etat qui se sont occupés de placer les chiens". 

Sur la suite de la procédure, les avocats ne sont pas d'accord. Selon maître Olivier Essombé la plainte pour acte de cruauté a été classée sans suite. Pour l'avocate de l'association One Voice, maître Arielle Moreau, la plainte est toujours en cours d'instruction. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess