Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Meurtre d'Adrien Perez

Meurtre d'Adrien Perez : la famille dénonce la récupération politique de Génération identitaire

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

La famille d'Adrien Perez dénonce l'action menée samedi matin par le groupe d'extrême-droite Génération identitaire à Grenoble. Devant le palais de justice de Grenoble (Isère), une centaine de militants ont réclamé justice pour le jeune mortellement poignardé le 29 juillet dernier à Meylan.

Les militants de Génération Identitaire ont mené une action éclair à Grenoble ce samedi matin. La famille d'Adrien Perez dénonce une tentative de récupération politique.
Les militants de Génération Identitaire ont mené une action éclair à Grenoble ce samedi matin. La famille d'Adrien Perez dénonce une tentative de récupération politique. © Radio France - Nicolas Joly

Grenoble, France

Des fumigènes, des mégaphones mais surtout des T-shirts et des pancartes à l'effigie d'Adrien Perez ce matin devant le palais de justice de Grenoble. Génération identitaire, un groupe d'extrême droite, est venu "réclamer une justice exemplaire pour la racaille", au nom du jeune homme. L'action a profondément affecté la famille qui a réagi en fin d'après midi ce dimanche par la voix de son avocat, Denis Dreyfus. Adrien Perez a été mortellement poignardé le 29 juillet dernier à Meylan à la sortie d'une boîte de nuit. Deux frères, Younes et Yanis E. H. ont été mis en examen, l'un pour meurtre, l'autre pour tentative de meurtre.  

Une action éclair

L'action n'a duré qu'une dizaine de minutes sur les marches du palais de justice de Grenoble où une centaine de militants identitaires français et étrangers étaient présents. Ils tenaient notamment une banderole " Justice pour Adrien". Certains ont pris la parole, déclarant "Adrien est le symbole de notre jeunesse, à la fois héroïque et martyre", et réclamant de la fermeté contre "cette racaille dès qu'elle touche à l'un des nôtres"

Des propos repris immédiatement sur les publications du mouvement sur les réseaux sociaux, images des pancartes et des t-shirt à l'effigie d'Adrien Perez, à l'appui. Une opération à l'opposé des souhaits de la famille du jeune homme. _"_La famille était extrêmement choquée. Elle n'a pas voulu la moindre récupération politique" a rappelé Denis Dreyfus, l'avocat de la famille. 

"Il ne faudrait pas que le beau visage d'Adrien deviennent, pour certains, l'étendard de la haine"

_"_Il ne faudrait pas que le beau visage d'Adrien devienne, pour certains, l'étendard de la haine et l'étendard réducteur d'une vision qui n'est pas celle de cette famille" a-t-il ajouté. Un visage dont les militants de Génération Identitaire étaient vêtus puisqu'ils portaient des t-shirt où apparaissait Adrien Pérez sur un fond blanc. Le groupe d'extrême droite, connu pour son militantisme numérique a immédiatement fait circuler le visage d'Adrien Perez sur les réseaux sociaux, notamment via des photos et des vidéos sur Twitter.

“Les réseaux sociaux véhiculent parfois tous les venins sève de haines et de divisions” - Maître Denis Dreyfus, avocat de la famille d'Adrien Pérez

"Les réseaux sociaux ont du bon parfois" reconnaît Denis Dreyfus, "mais ils véhiculent aussi tous les venins, sève de haines de divisions dans une problématique où devrait primer la sérénité, l'intelligence, la réflexion." 

L'avocat, qui s'exprimait au nom de la famille d'Adrien Perez a également regretté le manque d'unité des responsables politiques qui préfèrent "s'écharper autour de la mort d'un garçon sans forcément rechercher les causes, ni se remettre en question"

Choix de la station

France Bleu