Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Michel Cardon, l'un des plus anciens détenus de France, est sorti de prison

vendredi 1 juin 2018 à 18:50 Par Margot Delpierre, France Bleu Nord

L'un des plus anciens détenus de France, Michel Cardon, a quitté le centre de détention de Bapaume (Pas-de-Calais) vendredi matin après plus de quarante ans derrière les barreaux.

Michel Cardon a passé quarante ans, sept mois et cinq jours en prison pour meurtre.
Michel Cardon a passé quarante ans, sept mois et cinq jours en prison pour meurtre. © AFP - AFP

Bapaume, France

A 67 ans, après avoir passé plus de quarante ans de sa vie en prison, Michel Cardon est un homme (presque) libre. Considéré comme l'un des plus anciens détenus de France, il a quitté le centre de détention de Bapaume (Pas-de-Calais) un peu avant 9 heures vendredi.

"Je suis très ému, et lui très heureux, il sourit tout le temps" a déclaré à l'AFP son avocat Me Eric Morain, qui prenait un café avec son client sur une aire d'autoroute. Michel Cardon a savouré un premier petit-déjeuner en tant qu'homme libre avant de prendre la route pour le Val d'Oise. Il vient d'intégrer un centre d'hébergement et de réinsertion, et devra se soumettre à des soins psychologiques et psychiatriques.

Condamné pour meurtre en 1977

Michel Cardon bénéficie d'une libération conditionnelle pour raisons de santé. Il avait été condamné à la fin des années 70 pour le meurtre d'un voisin qu'ils avaient cambriolé avec un complice. Ils étaient repartis avec un maigre butin : 200 francs et une charrette d'objets dérisoires.

La peine de mort avait été requise. Les deux hommes avaient écopé de la prison à perpétuité.