Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Les affaires Fourniret

Michel Fourniret et son ex-femme en garde à vue dans l'enquête sur la disparition de l'Ornaise Lydie Logé

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu

Michel Fourniret et son ex-femme Monique Olivier, sont placés en garde à vue à Nanterre. Ils sont entendus dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Lydie Logé, en 1993, à Saint-Christophe-le-Jajolet, dans l'Orne.

Michel Fourniret pourrait avoir un lien avec la disparition de l'Ornaise Lydie Logé.
Michel Fourniret pourrait avoir un lien avec la disparition de l'Ornaise Lydie Logé. © Maxppp - Mikaël Libert

Saint-Christophe-le-Jajolet, Boischampré, France

Y a-t-il une nouvelle victime dans le parcours meurtrier de Michel Fourniret ? Lui et son ex-femme Monique Olivier, sont en garde à vue depuis le mardi 12 novembre, dans les locaux de l'Office central pour la répression des violences aux personnes à Nanterre. Ils sont tous deux entendus dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Lydie Logé, à Saint-Christophe-le-Jajolet, près d'Argentan, en 1993.

Une trace ADN retrouvée dans la camionnette du tueur en série

Le dossier a été rouvert par le parquet d'Argentan, discrètement, en juin 2018. Une trace ADN avait été retrouvée dans la camionnette du tueur en série. Les examens, eux, datent de février dernier et établissent un rapprochement entre cet ADN et celui de la famille de Lydie Logé.

C'est aujourd'hui le seul élément dont disposent les enquêteurs. Et encore, un élément très fragile.  Il n'y a pas de correspondance à 100%. Pas de certitude qu'il s'agisse de l'Ornaise, disparue le 18 décembre 1993, à l'âge de 29 ans, à Saint-Christophe-le-Jajolet. Les experts se basent en réalité sur des composés organiques et non l'ADN nucléaire, plus fiable.

Deux non-lieux en 1998 et 2009

Dans cette affaire, l'absence de corps complique les choses. Les deux précédentes enquêtes avaient abouti à des non-lieux en 1998 et 2009. En mai 2019, lors de sa dernière prise de parole dans le dossier, le procureur de la République d'Argentan, Hughes de Phily  s'était montré prudent, estimant qu'il n'y avait qu'une "petite probabilité" pour que Michel Fourniret soit à l'origine de la disparition de Lydie Logé. D'autant qu'à l'hiver 1993, le tueur de l'Yonne était censé se trouver en Belgique.

Michel Fourniret, surnommé "l'ogre des Ardennes", a été condamné en 2008 à la perpétuité incompressible pour sept meurtres de jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001, précédés de viol ou tentative de viol. Le 16 novembre 2018, il a été à nouveau condamné à la perpétuité pour l'assassinat en 1998 de Farida Hammiche. Aujourd'hui âgé de 77 ans, il est détenu à la centrale d'Ensisheim en Alsace.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu